Dans le document, auquel Lusa a eu accès, et qui a déjà été remis à l’Assemblée de la République, l’entité a analysé le parcours académique et professionnel d’Ana Paula Vitorino, ainsi que les résultats d’une auto-évaluation et d’un entretien, après ayant reçu la « partie du secrétaire d’État aux Infrastructures, la demande au président de la Commission de recrutement et de sélection pour l’administration publique d’évaluer le programme et l’adéquation des compétences » de la « personnalité désignée pour le président du conseil d’administration de l’Autorité de la mobilité et des transports ».

« Il existe des preuves de la présence de compétences techniques et comportementales qui appuient une évaluation très positive de la performance du poste en question », a conclu l’entité.

Ainsi, « le CReSAP, par l’intermédiaire de son Comité technique permanent, émet l’avis d’« Adéquat » pour la nomination de l’ingénieur Ana Paula Mendes Vitorino pour exercer les fonctions de Président du Conseil d’administration de l’Autorité pour la mobilité et les transports ».

Dans son avis, le CReSAP décrit d’abord l’expérience professionnelle et académique d’Ana Paula Vitorino, y compris son passage à divers postes politiques, qui, outre le ministère de la Mer, comprenaient la tutelle des transports, en tant que secrétaire d’État, entre 2005 et 2009 .

« Au niveau comportemental, elle est très déterminée et engagée à obtenir des résultats, à atteindre et à faire respecter les objectifs qu’elle entend atteindre », explique le CReSAP, notant que la personne en charge « dénote une capacité d’initiative dans la réalisation de tâches multiples, faisant preuve d’indépendance de agir et évaluer le pour et le contre des décisions, même si elles ne sont pas toujours consensuelles ».

De plus, selon l’organisation, Ana Paula Vitorino « fait preuve d’un style de leadership affirmé et axé sur les objectifs qu’elle pose comme déterminants pour la réussite du travail à effectuer », montrant, « aussi, une forte dynamique pour la mise en œuvre. d’activités qui impliquent la fourniture d’un service public de qualité, en étant fidèles aux engagements stratégiques préalablement définis ».

D’autre part, a souligné l’entité, le député, selon une auto-évaluation et un entretien, « recommande la nécessité de mener des actions », ainsi que la création « de mécanismes de surveillance permanents des organisations internationales, communautaires ou autres organisations internationales compétentes « et des mécanismes « qui renforcent la transparence et garantissent le respect des règles de concurrence au sein de chacun des modes et des chaînes de transport multimodal ».

En outre, a déclaré le CReSAP, Ana Paula Vitorino entend « promouvoir l’internalisation des orientations et des objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations Unies, ainsi que des orientations de l’UE pour la décarbonisation, la numérisation et la transition énergétique, contribuant à l’atténuation et à la correction. effets du changement climatique », et « rationaliser la structure organisationnelle de l’AMT, en améliorant son efficience interne et son efficacité fonctionnelle ».

Le 9 juin, le ministre des Infrastructures et du Logement, Pedro Nuno Santos, a rejeté les critiques sur le choix de l’ancienne ministre Ana Paula Vitorino pour présider l’AMT, affirmant qu’il garantit « l’indépendance des régulés ».

Le responsable gouvernemental, qui s’est exprimé lors du lancement de la variante routière Arruda dos Vinhos, a déclaré que « s’il y a une personne qualifiée » et que « cela donne des garanties d’indépendance par rapport aux réglementés, c’est Ana Paula Vitorino ».

« C’est l’une des personnes les plus qualifiées de notre pays dans la région [dos transportes] et ceux qui le connaissent se rendent compte qu’il a un profil qui garantit l’indépendance de ceux qui sont réglementés », a-t-il assuré, après les critiques du président du PSD, Rui Rio.

ALYN // CSJ