La proposition oblige l’exécutif municipal à « réduire de 10 km/h [quilómetros por hora] la vitesse maximale autorisée pour : 30 km/h sur les routes de 3e, 4e et 5e niveau, à 40 km/h sur les routes de 2e niveau et 70 km/h sur les routes de 1er niveau ».

Lors d’une réunion privée de l’exécutif municipal, l’initiative « Contre la guerre, pour le climat : proposition de réduction de la dépendance aux combustibles fossiles dans la ville de Lisbonne » a été approuvée avec sept voix contre la direction du PSD/CDS-PP, deux abstentions par les élus du PCP et huit votes pour, à savoir cinq du PS, un du Livre et un du BE.

Parmi les mesures figure la réactivation du programme « A Rua é Sua », en l’étendant à d’autres parties de la ville et en prolongeant la période en vigueur, notamment par « l’élimination de la circulation automobile sur l’Avenida da Liberdade tous les dimanches et jours fériés (auparavant seulement le dernier) dimanche de chaque mois) ».

Il a également été décidé que la coupure de la circulation automobile le dimanche soit étendue à toutes les paroisses, en s’appliquant à « une artère centrale (ou plus) avec des commerces et des services de proximité, afin que tous les clients de toute la ville puissent essayer de faire vos déplacements de proximité ». à pied de manière sûre et confortable sans avoir besoin de votre propre voiture », lit la proposition de Livre, suggérant également la promotion de la consultation et de la participation du public pour la transformation définitive des espaces dans les différentes paroisses, dans le sens d’élargir les zones piétonnes.

D’autres mesures incluent l’étude de la création d’un programme d’électrification de la flotte de taxis de la ville ; « favoriser et faciliter le télétravail dans la municipalité de Lisbonne, dans la mesure du possible, et en respectant la volonté du travailleur » ; la préparation des dossiers de candidature au programme d’accompagnement « Bâtiments Plus Durables » qui anticipent les besoins identifiés auprès des citoyens économiquement vulnérables ; et une campagne d’information consistant en un guide pratique avec des mesures pour réduire le gaspillage d’énergie dans les bâtiments et les maisons, selon l’initiative Livre.

La proposition de Livre approuvée aujourd’hui défend également la promotion de l’usage des transports en commun, qui privilégie l’articulation et l’harmonisation à l’échelle métropolitaine, ainsi que la « gratuité tendancielle » ; favoriser les mobilités douces, étendre le rayon d’action du réseau Gira, du réseau BiciParks et du réseau cyclable ; et le renforcement des incitations et des objectifs relatifs aux flottes partagées d’entreprises incluses dans le Pacte de mobilité des entreprises pour la ville de Lisbonne (PMEL), tant pour les véhicules à moteur que pour les vélos partagés.

Outre les mesures en termes d’intervention de l’exécutif municipal, présidé par Carlos Moedas (PSD), qui gouverne sans majorité absolue, l’initiative du Livre « Contre la guerre, pour le climat : proposition de réduction de la dépendance aux énergies fossiles dans la ville de Lisbonne » présente un ensemble de considérations sur l’invasion russe de l’Ukraine, notamment que la principale source de financement de la guerre sur le territoire ukrainien « est l’exportation de combustibles fossiles, facilitée par la dépendance que les pays européens entretiennent vis-à-vis de l’énergie russe ».

« L’indépendance énergétique, comme la lutte contre le changement climatique, ne sera possible qu’avec un investissement robuste et urgent dans les énergies renouvelables », a défendu Livre, estimant que la solution passe par l’accélération de la décarbonation, le changement des routines sous forme de déplacements et de consommation des citoyens. et augmenter le confort thermique des bâtiments.

Selon la proposition, le Portugal peut mener la transformation vers « un nouveau modèle de développement, plus vert et plus durable, axé sur la qualité de vie, centré sur les personnes et non sur les intérêts économiques majeurs ».

La Chambre de Lisbonne a également approuvé à l’unanimité une motion BE pour exhorter le gouvernement à respecter l’engagement d’éradiquer les situations de pénurie de logements d’ici 2024.

SSM // MLS