Après des états d’urgence successifs et des mesures restrictives, septembre 2021 est le mois des secours généralisés.

Après la réunion d’experts à Infarmed, la semaine dernière, où les experts ont exprimé leur confiance dans la maîtrise de la pandémie de Covid-19, tout indique que le Gouvernement annoncera ce jeudi un ensemble de mesures comme le retrait des masques obligatoires, la fin des espaces avec capacité limitée ou certificats obligatoires.

Selon le rapport de vaccination de la Direction de la santé, le Portugal est actuellement à deux points de pourcentage de passer à la prochaine phase de déconfinement. Fin juillet, António Costa avait annoncé que cette dernière phase n’arriverait que lorsque 85 % de la population serait complètement vaccinée, mais les données de la DGS indiquent que 8 546 688 ont déjà terminé la vaccination, soit 83 % de la population. Même ainsi, cette avancée devrait se produire puisque, et selon l’« Observateur », la levée des mesures n’a pris effet que le 1er octobre, ce qui laissera le temps à force d’intervention pour atteindre l’objectif fixé.

« Il y a des conditions sanitaires pour que nous puissions avancer avec confiance vers la nouvelle phase prévue depuis juillet dans le plan du gouvernement, mais nous ne voulons aucune accusation d’électoralisme », a déclaré un membre de l’exécutif à l’agence Lusa, après avoir été interrogé sur la raison de les mesures d’allègement à approuver en Conseil des ministres n’entrent pas déjà en vigueur samedi à minuit, mais seulement le 1er octobre.

A la veille du Conseil des ministres, qui devrait introduire l’un des plus gros allégements de restrictions de ces derniers mois, l’idée dans l’exécutif est de parler d’un « tournant », ou « moment de confiance », mais d’éviter l’importation de « slogans ». ” Britannique comme “Jour de la Libération”.

« Nous sommes en train de vivre un tournant, non pas parce que le Covid-19 disparaît, mais parce que, grâce à la vaccination, la pandémie peut être considérée comme maîtrisée », a déclaré António Costa, en tant que secrétaire général du PS, à Valongo, dans le district Porto, dans une allusion aux mesures qui seront approuvées ce jeudi par le Conseil des ministres.

La prochaine et dernière phase prévoit que les restaurants, cafés et pâtisseries n’auront plus de limite maximale de personnes par groupe, que ce soit à l’intérieur ou sur les terrasses ; les établissements et équipements n’ont également plus de limites de capacité, comme les spectacles culturels et les événements tels que les mariages et les baptêmes.

Les bars et clubs peuvent reprendre leur activité normale sur présentation d’un certificat numérique Covid-19 ou d’un test avec un résultat négatif (actuellement les bars et clubs peuvent fonctionner mais avec des règles de restauration).

Ainsi, à trois jours des élections locales, prévues le 26, le gouvernement pourra restituer « l’ancienne normalité » aux Portugais, transférant la lutte contre la pandémie dans la sphère de la responsabilité individuelle.

La fin des restrictions se produira au niveau national, alors que tout le pays s’oriente vers la direction verte de la matrice des risques, même si la région de l’Algarve est celle qui est la plus en retard dans le processus de vaccination : avec 80 % de ses population recevant une dose de vaccin et 76% avec les deux.

Pourtant, le vice-amiral Henrique Gouveia e Melo, coordinateur de force d’intervention pour le plan de vaccination, on estime que 85 % des vaccinations seront atteintes d’ici fin septembre. Pour que cela soit possible, environ 400.000 personnes doivent encore être vaccinées sur le territoire national, a indiqué le responsable, jeudi dernier lors de la réunion Infarmed, précisant : « Parmi celles-ci, 150.000 ne sont toujours pas éligibles à la vaccination », explique.