« En ce moment, le PSD national a devant lui un travail gigantesque », a déclaré le président des sociaux-démocrates de Madère aux journalistes en marge d’une visite qu’il a effectuée aux travaux de création des « Infrastructures d’accès et de sécurité dans les hauts plateaux de São Roque. , à Funchal.

Au lendemain du congrès national du PSD, qui s’est tenu le week-end dernier à Porto, au cours duquel l’élection de Luis Montenegro a été reconfirmée et Albuquerque a été élu président du conseil d’administration, le responsable madérien a souligné qu’il était nécessaire de « reconstruire et rationaliser la présentation d’une alternative politique » pour le pays et les Portugais.

« Nous sortons d’une situation politique fragile. Il faut tenir compte du fait qu’actuellement, le gouvernement (PS) dispose de la majorité absolue », a-t-il rappelé.

Miguel Albuquerque a défendu que cette situation « nous oblige à écouter la société », rappelant que le général du PSD précise que le mouvement Acreditar se tiendra, « dans le sens de capter, d’écouter et de mener quels sont les projets d’avant-garde pour le pays ». , projets alternatifs ».

Le chef de l’île a souligné que « l’accent sera mis sur les deux régions autonomes (Madère et Açores), qui sont régies par le PSD ».

« D’un autre côté, je pense qu’il est très important que le PSD prenne de l’élan dans le sens d’exercer un contrôle et une opposition cohérente au gouvernement », a-t-il souligné, estimant que, étant un exécutif à la majorité absolue du PS « il ne peut pas être laissé, comme d’ailleurs, est libre cours.

Pour Miguel Albuquerque, le PSD doit mener à l’intérieur et à l’extérieur du cadre parlementaire « une opposition affirmée, cohérente, ne tombant pas dans le piège de demander à la gauche l’autorisation de dire ce qu’elle a à dire ».

Le président de la structure régionale du PSD a fait valoir que « la situation du pays est très difficile », mentionnant que les épisodes survenus ces derniers jours montrent qu' »un gouvernement à trois mois semble être en fin de cycle », en raison de  » conflits internes avec transposition à l’exercice gouvernemental »

« Il y a une demande, pour ainsi dire, du pays lui-même, pour que le PSD exerce, dans ce qui est de ses responsabilités nationales, une opposition affirmée, cohérente et sans contemplation », a-t-il soutenu.

Albuquerque a rappelé que Luis Montenegro vient participer à la fête annuelle du PSD/Madère, à Chão da Lagoa, qui a lieu le 24 juillet.

Ensuite, a-t-il ajouté, il est prévisible qu’il reviendra « dans le cadre de la consultation avec la société civile à Madère, le soi-disant engagement de Madère, qui débutera en septembre.

Le dirigeant insulaire a ajouté que cette initiative sera lancée « à partir de septembre, pour entendre tous les secteurs de la société, commence la préparation d’un programme gouvernemental pour la prochaine législature et qui sera présenté aux concitoyens de la région autonome de Madère ».

AMB // JPS