Dans le discours de rentrée politique, à Mirandela, Trás-os-Montes, le leader centriste a nommé Ascenso Simões, Mamadou Ba et Joacine Catar Moreira comme « les auteurs moraux de ce type d’attitude » qui défie « d’engager une bataille culturelle avec la gauche, avec l’extrême gauche, les petits amis avec qui le PS a pris ses dispositions ».

« Cette extrême gauche qui est à la télévision, a repris l’académie, est aussi au parlement et n’a jamais eu autant de pouvoir qu’aujourd’hui, veut annuler notre culture, détruire nos traditions et réécrire notre histoire et la juger aux yeux de notre petit ami urbain, urbain et moderne du 21e siècle », a-t-il déclaré.

Pour le président du CDS-PP, l’extrême gauche portugaise « imite ces vents nouveaux qui viennent des États-Unis, qui veulent menacer notre patrimoine historique, nos ancêtres et l’héritage historique que nous avons reçu des générations précédentes ».

« Je pense qu’il est temps, quand on voit du vandalisme dans les monuments nationaux, de juger les auteurs moraux de ce type d’attitude, qui sont assis dans leurs bureaux, dans leurs partis politiques, dans leurs observatoires, et de leur dire qu’il est temps de aussi être puni, recevoir une amende, devoir nettoyer les conséquences de l’endoctrinement qu’ils font dans notre pays et payer de leur poche la restauration du patrimoine national-historique », a-t-il défendu.

Francisco Rodrigues dos Santos a souligné que ceux qu’il considère comme les auteurs moraux de ces situations ont des noms et il a déclaré : « C’est Ascenso Simões qui a incité à la destruction du Monument des Découvertes, c’est Mamadou Ba qui est payé avec de l’argent public en commissions racisme quand il s’agit des plus grands racistes que nous ayons dans notre pays, qui disent même, métaphoriquement parlant, qu’il est temps de tuer l’homme blanc ».

Parmi les personnes nommées par le leader du CDS-PP se trouve également Joacine Katar Moreira qui, a déclaré Rodrigues dos Santos, « siège au parlement, qui dirige ces mouvements anti-portugais, qui détestent notre histoire et qui essaient de nous donner une étiquette que jamais nous avait un racisme structurel ».

« Et je vous demande ce qui suit, tous ces radicaux ignorants, auteurs moraux de ces actes de vandalisme, qui ne se souviendront jamais d’un jour dans l’histoire d’ériger un monument à leur mémoire car ce sont tous des statues à l’ignorance indigente, je vous demande le quoi Est-ce qu’eux et leurs partis disent ce qui se passe en Afghanistan ? », a-t-il demandé.

Le président a conclu que personne ne les a écoutés sur ce qui se passe dans ce pays, dans un discours de plus de 40 minutes dans lequel il a réitéré que le Portugal doit tourner à droite et que l’objectif est de renforcer le poids électoral du CDS -PP aux élections municipales du 26 septembre.

L’une des Chambres sur lesquelles le parti parie est Mirandela, où le CDS-PP était autrefois au pouvoir dans les années 1980, mais qui n’a plus de représentation à l’exécutif municipal et présente Helena Chéu comme candidate à la Chambre dirigée par les socialistes et ré -candidat Júlia Rodrigues .

A la rentrée politique, le chef du parti a annoncé que le CDS « a élu la famille et la promotion de la natalité comme priorité du prochain budget de l’État » et qu’il proposera un ensemble de mesures en ce sens.

Parmi les propositions énumérées figurent l’expansion exponentielle du réseau de crèches et d’écoles maternelles, des avantages fiscaux pour les familles de plus de deux enfants et inciter les entreprises à adopter des mesures pour soutenir la famille à travers l’attribution du sceau « entreprise conviviale » de la famille « .

HFI // MCL