Dans un communiqué, l’ANAC indique que, suite à l’entrée en vigueur, aujourd’hui, de l’arrêté conjoint n° de vols à destination ou en provenance du Portugal continental », la présentation d’une preuve de réalisation d’un test de dépistage de l’infection par Sars-CoV-2 avec un résultat négatif, d’un certificat numérique covid UE ou de certificats de vaccination ou de récupération délivrés par des pays tiers, acceptés ou reconnus au Portugal.

« Avec l’entrée en vigueur de ce nouveau régime, les transporteurs aériens et les passagers ne sont plus soumis aux mesures restrictives applicables au trafic aérien, dans le cadre de la lutte contre la pandémie causée par le virus Sars-CoV-2, qui a duré jusqu’au 30 décembre .juin 2022 », dit-il.

L’ordonnance n° 8022-D/2022, publiée jeudi dans le Diário da República, abroge l’ordonnance n° aéroports, frontières maritimes et fluviales et définit les termes et les exigences du système de vérification respectif, ainsi que la supervision de son fonctionnement ».

Selon le diplôme entré en vigueur aujourd’hui, « la situation épidémiologique vécue au Portugal suite à la pandémie de la maladie covid-19 est restée relativement stable, en raison de la couverture vaccinale élevée, de l’émergence de nouveaux médicaments pour les maladies graves et de la une meilleure connaissance de l’infection ».

Par ailleurs, « également dans le contexte international, notamment au sein de l’Union européenne, l’évolution de la situation épidémiologique ne justifie plus l’adoption de mesures exceptionnelles en matière de trafic aérien, d’aéroports et de frontières maritimes et fluviales ».

La ministre de la Présidence, Mariana Vieira da Silva, avait annoncé jeudi, lors de la conférence de presse tenue après le Conseil des ministres, que la période d’isolement due au covid-19 passerait de sept à cinq jours et qu’elle ne serait plus être exigé le certificat numérique pour entrer dans le pays.

« En dehors de ces deux changements, le passage de sept à cinq jours et la suppression de l’exigence d’attestation dans les déplacements, les règles restent les mêmes, avec l’indication du port du masque dans les transports en commun et avec la recommandation du port du masque lorsque nous sommes en contact avec des personnes plus vulnérables, quand on a des symptômes ou quand on sait qu’on a eu un contact à plus haut risque », a-t-il expliqué.

Selon les règles actuellement en vigueur, le port du masque est également obligatoire dans les hôpitaux, les Ehpad et les pharmacies.

PD (CMP) // CSJ