1-1-e1669908198824-png
le-cds-pp-accuse-costa-de-sous-evaluer-la-periode-difficile

Le CDS-PP accuse Costa de sous-évaluer la « période difficile » que traversent les Portugais

Dans une note envoyée à Lusa, Nuno Melo critique le message d’António Costa, attribuant quatre surnoms au chef de l’exécutif : « le gaspilleur », « l' »euthanasie » de la Constitution », « le collecteur d’impôts » et « le responsable de l’émigration des citoyens « jeunes ».

« Le message de Noël du Premier ministre a minimisé la période difficile que traversent les Portugais et n’a pas donné les explications que le pays attend », estime le centriste.

La reprivatisation de la TAP et l’indemnisation de la compagnie aérienne à la nouvelle secrétaire d’Etat au Trésor, Alexandra Reis, sont les principaux arguments du président du CDS-PP pour considérer António Costa « le gaspilleur ».

« Le CDS comprend que concernant ce cas spécifique [da indemnização a Alexandra Reis]le Premier ministre aurait dû donner aujourd’hui les explications qu’il refuse au pays », a-t-il déclaré.

Nuno Melo, qui qualifie le Premier ministre d' »euthanasie de la Constitution », souligne que « le message du Premier ministre est intervenu quelques jours après que la Constitution de la République portugaise a été » « euthanasiée » au milieu de la période de Noël ».

« Le fait, de par sa gravité, doit être souligné, et le CDS fonde de grands espoirs sur l’intervention du Président de la République dans le respect non seulement des valeurs de la dignité humaine, mais aussi de la violation flagrante de la Constitution. », précise-t-il.

Le président des centristes attribue également le surnom « António Costa, le collecteur d’impôts », au Premier ministre, justifiant que le discours « dévalorise de manière inacceptable le moment particulièrement difficile que vit la majorité des Portugais, alors que le gouvernement ne le fait pas ». prendre des décisions fondamentales pour aider les familles et les entreprises et dans la lignée de la plupart des pays européens ».

« Au contraire, le gouvernement persiste dans un modèle erroné qui repose sur plus de dépenses et plus de dettes, au détriment d’impôts confiscatoires sur ceux qui travaillent, étouffant la classe moyenne de plus en plus réduite et avec de maigres revenus disponibles et enlevant la compétitivité des entreprises » , précise-t-il.

Nuno Melo reproche également à António Costa l’émigration des jeunes, arguant qu’il « n’a apporté aucune note digne de mention en ce qui concerne les jeunes, qui dans l’écrasante majorité des cas survivent avec des revenus inférieurs à 900 euros et sont de plus en plus contraints quitter le Portugal pour survivre dignement ».

Le Premier ministre a estimé aujourd’hui, dans son message de Noël, qu’il y a des raisons pour que les Portugais aient confiance, malgré le scénario d’incertitude internationale, soulignant que la voie de la réduction du déficit et de la dette met le Portugal « à l’abri des turbulences du passé » .

Pour le dirigeant exécutif, les trois mots qui expriment le mieux ce qui est souhaité à cette période de l’année sont la paix, la solidarité et la confiance.

Selon lui, il y a des raisons pour que le Portugais soit confiant.

« La confiance, c’est ce que notre pays nous garantit aujourd’hui, alors que tant d’incertitudes nous entourent sur la scène internationale. Confiance en l’avenir, pour ce que nous faisons au présent », s’est-il défendu.

Selon António Costa, la solidarité avec laquelle les Portugais ont réussi, « ensemble et côte à côte, à affronter les défis que posent les temps exigeants », donne « confiance dans la mobilisation de tous autour des défis stratégiques : réduire les inégalités, aider l’urgence climatique, assurer la transition numérique et relever le défi démographique ».

AAT (PMF) // MLS

Articles récents