La mesure est contenue dans le Règlement de l'Inspection Générale des Jeux, publié lundi et qui entre en vigueur dans les 30 jours, afin de, lire dans le document, «assurer la prévention et la lutte» du blanchiment d'argent et du financement du terrorisme .

Le règlement, qui attribuait plus de «responsabilités et compétences» à l'Inspection générale des jeux, prévoit que les opérateurs de jeux et paris «sont tenus d'identifier et de vérifier l'identité» des clients et visiteurs des casinos et autres salles de jeux, «à l'entrée ou lors de l'achat ou de l'échange de jetons de jeu »pour un montant total égal ou supérieur à 300 000 escudos (2 750 euros).

La même pratique est adoptée pour les joueurs qui s'inscrivent sur des «  sites Web '' autorisés à proposer des jeux et des paris en ligne, ainsi que pour les gagnants de prix de loterie ou de paris mutuels autorisés, chaque fois que le montant est égal ou supérieur. à 600 000 escudos (5 500 escudos).

Il est également établi, entre autres règles, que les opérateurs de jeux et paris «doivent refuser l'accès aux salles de jeux ou empêcher les transactions de jeux d'argent et de hasard» lorsqu'ils «considèrent les informations relatives à l'identification des client »ou si les« montants en jeu »donnent lieu à« des doutes sur l'origine ou la destination des montants utilisés pour les transactions ».

Bien qu'il n'entre en vigueur que dans les 30 jours, le règlement prévoit un délai de 180 jours pour s'adapter aux nouvelles règles.

Le Cap-Vert possède déjà un casino sur l'île de Sal et le groupe Macau Legend construit un autre projet du genre à Praia, avec un investissement de 250 millions d'euros.

Le ministre du Tourisme du Cap-Vert, Carlos Santos, a déclaré ce mois-ci, dans un entretien avec Lusa, que dans la stratégie jusqu'en 2030, le gouvernement a défini la nécessité d'un «développement durable du tourisme» au Cap-Vert, en maintenant des «produits phares», tels que soleil et plage, renforçant le pari sur les croisières et le tourisme nature, mais aussi dans le jeu.

«Les jeux sont un secteur sur lequel nous voulons continuer à miser, dans le respect de toutes les règles et bonnes pratiques internationales, car il attire un type de client qui a un pouvoir d'achat très raisonnable», a assumé le ministre.

PVJ // JH