Au cours de l’année qui s’est terminée au premier trimestre, l’économie portugaise a enregistré un besoin de financement de 0,2 % du produit intérieur brut (PIB), a déclaré aujourd’hui la Banque du Portugal (BdP) dans un communiqué.

« L’économie portugaise a présenté, au cours de l’exercice clos au premier trimestre 2022, un besoin de financement de 0,2% du PIB », a indiqué la banque centrale, expliquant que « ce résultat reflète les besoins de financement des sociétés non financières et des gouvernements. » ( respectivement 2,6% et 1,5% du PIB) qui, ensemble, dépassaient les capacités de financement des particuliers et des sociétés financières (de 2,5% et 1,5% du PIB) ».

En revanche, a-t-il rappelé, « au cours de l’année terminée au premier trimestre 2021, l’économie portugaise disposait d’une capacité de financement de 0,3% du PIB », ajoutant que « la détérioration de ce solde au premier trimestre 2022 reflète la réduction de la capacité de financement des particuliers et des sociétés financières, de 5,0 pp [pontos percentuais] et 1,0 pp, qui ont été partiellement compensés par la baisse des besoins de financement des administrations publiques, de 5,6 pp ».

La BdP a également révélé qu’au cours de l’année qui s’est terminée au premier trimestre de cette année, « les particuliers et les sociétés non financières ont financé les sociétés financières à hauteur de 4,1 % et 2,7 % du PIB, qui, à leur tour, ont financé les administrations publiques ». 7,7% du PIB ».

En outre, « les administrations publiques ont financé le reste du monde et les particuliers à hauteur respectivement de 5,1 % et 1,2 % du PIB », et « le reste du monde a financé les sociétés non financières à hauteur de 5,9 % du PIB ».

Selon la BdP, « par rapport à la même période de l’année précédente », « les administrations publiques sont devenues les financeurs du reste du monde à hauteur de 5,1% du PIB, inversant la relation de financement entre ces deux secteurs », avec « le financement net de le reste du monde aux sociétés non financières a augmenté de 3,3 pp ».

De leur côté, « le financement net des sociétés non financières aux sociétés financières a augmenté de 1,3 pp » et celui des « administrations publiques aux particuliers a augmenté de 1,1 pp ».

En outre, a indiqué la BdP, « à la fin du premier trimestre 2022, l’économie portugaise avait une position financière nette vis-à-vis du reste du monde de -92,8% du PIB, contre -105,0% du PIB à la fin de l’année du même trimestre de 2021 ».

Ainsi, « les actifs financiers nets des particuliers et des sociétés financières étaient respectivement de 134,0% et 2,1% du PIB (9,6 pp de moins et 1,1 pp de moins qu’au premier trimestre 2021) » et les « actifs financiers nets des sociétés non financières et les administrations publiques étaient de -131,9% et -97,0% du PIB (5,6 pp de plus et 17,2 pp de plus qu’au premier trimestre 2021) ».

L’institution a expliqué que « les évolutions susmentionnées reflètent la capacité ou le besoin de financement et d’autres variations de volume et de prix sur la période analysée, ainsi que l’effet de l’augmentation du PIB ».

Le BdP met à nouveau à jour ces données le 10 octobre 2022.

ALYN // CSJ