Le Barreau (OA) a critiqué aujourd’hui l’intervention publique du Premier ministre, António Costa, concernant la décision judiciaire de la Cour constitutionnelle (TC) sur les métadonnées, considérant que le gouvernement ne peut pas interférer dans l’activité des tribunaux.

« L’OA considère que le Gouvernement ne peut s’immiscer dans l’activité des tribunaux, comme cela arrive inévitablement si le Premier ministre intervient dans l’espace public pour défendre une interprétation juridique sur les conséquences d’une décision judiciaire. [do TC]dévalorisant les initiatives des avocats de la défense des citoyens dans les différents procès, comme contraires à l’interprétation juridique qu’ils défendent », déclare l’OA, dans une déclaration signée par le président Luís Menezes Leitão.

L’ordre des avocats souligne qu’« il croit en l’indépendance des tribunaux portugais et espère donc qu’ils trancheront les affaires uniquement sur la base de la Constitution et de la loi, quelle que soit la position publique déjà prise par le gouvernement dans le sens de ce que décision devrait être ».

Le président espère que les tribunaux trancheront les affaires uniquement sur la base de la Constitution et de la loi, quelle que soit la position publique prise par le Premier ministre.

Le président recommande à tous les avocats, « fondés sur la défense des droits, libertés et garanties des citoyens qui sont de leur ressort, de prendre dans toutes les instances les initiatives jugées nécessaires à la défense de leurs mandants, quelle que soit la manière dont ils sont perçus ». par le pouvoir politique ».

Le Premier ministre a estimé lundi que la récente déclaration d’inconstitutionnalité relative à la loi sur les métadonnées n’affecte pas les procédures judiciaires déjà devenues définitives, affirmant que le TC n’a émis aucune réserve dans le jugement.

Cette position a été défendue par António Costa à l’issue de la réunion du Conseil supérieur de la sécurité intérieure (CSSI), après avoir été confronté à l’éventualité d’un «séisme» dans la justice, avec la réouverture de nombreux dossiers, après que le TC a été déclaré inconstitutionnel. la loi sur les métadonnées de 2008.

Le chef de l’exécutif a déclaré que, suite à la décision de la Cour constitutionnelle, l’État ne peut empêcher les initiatives des avocats de la défense dans le sens de « remplir également leur rôle dans l’État de droit, en défendant les intérêts de leurs clients ».

« Mais je tiens à souligner que l’article 282 numéro 3 de la Constitution de la République est très clair : les déclarations d’inconstitutionnalité à force obligatoire générale n’affectent pas l’autorité de la chose jugée, sauf si la Cour constitutionnelle ne qualifie pas cette consolidation de l’autorité de la chose jugée », il a maintenu le premier ministre.

Pour défendre cette ligne d’interprétation, António Costa a soutenu que, dans le cas spécifique des métadonnées, le TC « n’a émis aucune réserve ».

« Cette déclaration d’inconstitutionnalité avec force obligatoire générale ne déroge pas à ce que dit l’article 282 numéro 3 de la Constitution de la République. Autrement dit, l’autorité de la chose jugée est l’autorité de la chose jugée », a souligné le Premier ministre.

FC/JGO (PMF) // ZO