1-1-e1669908198824-png
lappreciation-des-salaires-de-milliers-de-travailleurs-est-absorbee-par

L’appréciation des salaires de milliers de travailleurs est absorbée par les impôts, selon le Fesap

La question sera débattue lors de l’Assemblée générale de la Fesap, mardi, où les syndicats évalueront l’application des matières contenues dans l’accord pluriannuel d’appréciation des travailleurs de l’administration publique signé en octobre 2022 avec le gouvernement.

« Il s’agit de questions aussi pertinentes que le fait que la politique fiscale en vigueur conduit à des situations dans lesquelles les travailleurs voient une augmentation de 104 euros entièrement absorbée par les énormes cotisations et impôts obligatoires auxquels ils sont soumis, devenant même des revenus nets inférieurs. salaires que ses collègues, dont beaucoup ont récemment été admis dans le personnel de la fonction publique, dont le salaire est basé sur la rémunération de l’administration publique », indique le Fesap dans un communiqué.

Selon les calculs du Fesap, « de grands milliers de travailleurs pourraient être pénalisés, bien qu’ayant été envisagés des augmentations de plus de 10 % ».

Le chef de Fesap, José Abraão, a déclaré à Lusa qu’un assistant technique, qui reçoit désormais 861 euros bruts en janvier (environ 104 euros de plus que l’année précédente), avec des remises de 11% pour la sécurité sociale et de 3,5% pour l’ADSE et « la retenue à la source de 10% de l’IRS coûtera un euro de moins qu’un assistant opérationnel qui commence à gagner aujourd’hui la base salariale de 761,58 euros », sans retenue à la source de l’IRS.

En pratique, « un assistant technique avec 10 ans de service perçoit 650 euros en termes nets et un assistant opérationnel qui rejoint aujourd’hui l’Administration publique perçoit 651,23 euros », a précisé José Abraão, arguant que le Gouvernement devrait corriger les tables de retenue à la source.

« Face à cette situation, incompréhensible et inadmissible à tous égards, les syndicats de la Fesap se réuniront pour décider des mesures à prendre prochainement, si le Gouvernement ne procède pas rapidement à la correction des tables de l’IRS, de manière à ce que ce soit les travailleurs, et pas l’Etat, pour profiter de la valeur nette de l’augmentation de salaire et de la carrière qui leur a été attribuée à juste titre », indique la fédération syndicale dans un communiqué.

Lors de la réunion de mardi prochain, outre cet enjeu « central pour le Fesap de reconnaître la validité de l’accord » signé avec le Gouvernement, « le respect des points restants de l’article sera également analysé, notamment en ce qui concerne la négociation des carrières non revue de degré de complexité 2 et 3, car il faut beaucoup de temps pour définir un calendrier de négociation avec cet objectif, ce qui aurait dû être fait avant même la fin 2022 », ajoute-t-il.

Une source officielle du ministère de la Présidence a déclaré à Lusa, vendredi, que les augmentations de salaire de la fonction publique commenceront à être payées avec le salaire de janvier, le 20, et que les nouvelles tables de retenue à la source de l’IRS seront également appliquées.

« Les applications informatiques de traitement des rémunérations gérées par l’Entité de services partagés de l’administration publique, IP (eSPap) sont dûment mises à jour, notamment en ce qui concerne l’application des tables de retenue à la source, et le paiement des rémunérations commence le 20 janvier », a indiqué le bureau .

Toutefois, le ministère précise que le traitement des salaires avec les mises à jour prévues pour 2023 « dépend de chacune des entités de traitement des rémunérations ».

Les dates de traitement des salaires de l’administration publique pour 2023 sont fixées dans un avis du Trésor central de l’État, publié le 4 janvier dans le Diário da República.

Selon l’avis, le 20, les salaires de la présidence du Conseil des ministres et des ministères des Finances, de la Défense nationale, du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, de la Culture et des Affaires étrangères seront payés, étant payés jusqu’au 23. salaires restants.

La base de rémunération de l’Administration publique augmente de 8% à 761,58 euros et les rémunérations jusqu’à environ 2 600 euros bruts sont actualisées de 52,11 euros. Au-dessus de cette valeur, l’augmentation est de 2 % (ce qui se traduit par une augmentation de plus de 52,11 euros).

Les compléments de rémunération qui ont pour référence l’actualisation annuelle des salaires de la fonction publique ou les niveaux du tableau unique des rémunérations sont actualisés de 2 %.

Outre les mises à jour salariales, il existe également des valorisations pour les carrières générales de technicien supérieur, d’assistant technique et d’assistant opérationnel, qui entraîneront dans certains cas un supplément de 52 euros.

Les mesures de revalorisation salariale résultent d’une convention pluriannuelle entre le Gouvernement et la Fédération des Syndicats de l’Administration Publique (Fesap) et le Syndicat des Personnels Techniques de l’Etat.

DF // EA

Articles récents