Selon un décret présidentiel envoyé à la presse, la décision du chef de l’État vise à marquer le 30e anniversaire de la coopération technico-militaire entre les forces armées guinéennes et portugaises et compte tenu de « l’engagement notable de l’amiral António Silva Ribeiro dans le renforcement de la coopération » entre les deux établissements.

« Pour moi, c’était une surprise. J’ai été invité à une audience avec le Président de la République et nous avons parlé des projets de coopération et de ce que nous avons accompli depuis mon dernier séjour ici en Guinée-Bissau et à un certain moment le Président m’a surpris avec l’attribution de cette médaille qui m’honore beaucoup, mais ce n’est pas seulement le mien », a déclaré l’amiral António Silva Ribeiro à Lusa.

« Le président, en me distinguant, a également rendu hommage à tous ceux qui, depuis 30 ans, ont également contribué à la coopération entre les forces armées portugaises et les forces armées de la Guinée-Bissau », a déclaré l’amiral António Silva Ribeiro.

Le CEMGFA a entamé samedi une visite de travail en Guinée-Bissau, qui s’achève mardi, au cours de laquelle 20 tonnes de livres et de fournitures scolaires ont été acheminées vers différentes écoles et visité deux centres de santé, de la Marine et de l’Armée de l’Air guinéennes, récupérés avec l’appui de Portugal, et a livré une ambulance aux Forces armées guinéennes.

Interrogé sur le bilan de la visite, l’amiral António Silva Ribeiro a fait un « très bon bilan ».

« Nous avons commencé dans le cadre des objectifs de la mission de formation en Guinée-Bissau, qui avait pour première priorité la formation des services de santé et dans ce contexte, ce que nous avons déjà fait était de récupérer les services de santé de la Marine, de l’Armée de l’Air , nous avons aussi créé un noyau de formateurs dans les Armées, nous avons formé 60 militaires aux compétences diverses dans le domaine de la santé »

L’amiral a également souligné qu’il y a plus d’objectifs qui commenceront à être atteints en septembre, à savoir la formation d’officiers à Cumeré, dont les infrastructures sont en cours de récupération, des actions de formation dans le domaine de la surveillance maritime, dans le domaine de la police de l’air et aussi dans la réparation du réseau de communication militaire de la Guinée-Bissau.

« Le bilan que je fais est extrêmement positif car en quelques mois nous avons réalisé des actions qui ont été très utiles aux Forces Armées de Guinée-Bissau dans le domaine de la santé, nous avons d’autres perspectives plus dans le domaine opérationnel, mais nous avons rempli les objectifs selon ce qui était prévu », a-t-il dit.

MSE // FBR