Le ministre de la Modernisation de l’Etat et de l’Administration publique affirme que les services publics ont « un défi, qui est de bien dépenser l’argent » dans le Plan de relance et de résilience (PRR), mais a assuré qu’ils sont prêts à aller de l’avant.

« Nous avons un défi : bien dépenser cet argent et dans le temps qui nous est imparti, comme dans d’autres pays », déclare, dans une interview à Lusa, la ministre de la Modernisation de l’État et de l’Administration publique, Alexandra Leitão, accordée au sein de la portée de la réunion informelle des ministres de l’Union européenne dans ce domaine, qui se tiendra à Lisbonne, mardi, dans le cadre de la présidence portugaise.

« Les choses avancent déjà pour que tout soit prêt pour commencer rapidement à développer les projets, atteindre les objectifs et les fonds libérés », a assuré Alexandra Leitão, notant que, uniquement pour le domaine de la formation et de la modernisation, l’administration publique avoir 600 millions d’euros.

Le ministre a rappelé que, dans ce cadre, un diplôme a déjà été approuvé par le Conseil des ministres qui prévoit des « procédures simplifiées d’autorisation de dépenses et d’embauche de ressources humaines » dans le but de réaliser les projets « bazooka » de fonds européens.

« Cette machine fonctionne déjà », a assuré le responsable du gouvernement, expliquant que la préparation des services implique les directions qui vont réaliser les projets PRR et leurs travailleurs et « les motiver à les développer, en leur donnant les outils nécessaires, notamment en termes de ressources humaines ».

Alexandra Leitão a indiqué que l’Agence pour la modernisation administrative (AMA) « a déjà lancé une première procédure d’appel d’offres pour embaucher un ‘outsourcing’ pour commencer à développer un ensemble d’architectures informatiques » pour le portail unique citoyen, un projet qui dispose de 198 millions d’euros de le PRR et devrait être achevé en 2023.

A son tour, a poursuivi le ministre, « l’INA [Instituto Nacional de Administração] elle a déjà commencé à travailler avec les universités pour que son plan de formation intègre les projets de formation prévus dans le PRR ».

La Commission européenne a annoncé mercredi l’approbation par l’exécutif communautaire du Plan portugais de relance et de résilience (PRR), soulignant qu’il « transformera profondément l’économie nationale » et que les premiers fonds pourraient arriver en juillet.

Le plan de relance portugais, le premier à être approuvé, prévoit des projets d’une valeur de 16,6 milliards d’euros, dont 13,9 milliards d’euros concernent des subventions non remboursables.