1-1-e1669908198824-png

Table des matières

La vie politique de Boris Johnson est de retour sur le fil du rasoir

La vie politique de Boris Johnson traverse une nouvelle fois des jours d’instabilité avec le nouveau scandale du « pinchergate », qui a déjà conduit à plusieurs attentats à Downing Street.

Hier mardi, le Premier ministre britannique a été contraint de reconnaître qu’il devait changer sa façon de traiter les allégations d’inconduite sexuelle attribuées à un membre de son gouvernement.

Les titulaires des portefeuilles de l’Education et de la Santé ont présenté leur démission hier mardi, alléguant une perte de confiance envers le Premier ministre britannique, une décision suivie aujourd’hui par la ministre de l’Egalité, Kemi Badenoch, le ministre de la Mobilité sociale, Neil O’Brien. Le ministre des Compétences Alex Burghart, le ministre des Affaires Lee Rowley et la ministre des Médias, des Données et de l’Infrastructure numérique Julia Lopez.

Nadhim Zahawi a été nommé hier ministre de l’Éducation, en remplacement de Rishi Sunak.

« Le public s’attend à juste titre à ce que le gouvernement soit dirigé correctement, avec compétence et sérieux. Je reconnais que c’est peut-être mon dernier poste ministériel, mais je crois que ces normes valent la peine de se battre et c’est pourquoi je démissionne », a écrit Sunak dans la lettre de démission.

Selon le cabinet de Boris Johnson, la reine Elizabeth II a approuvé la nomination de Zahawi.

Le ministre de la Santé sortant, Sajid Javid, a été remplacé par Steve Barclay.

« C’est avec grand regret que je dois vous dire que je ne peux pas, en toute bonne conscience, continuer à servir ce gouvernement », a écrit Javid dans sa lettre de démission. « Je me considère instinctivement comme un membre d’une équipe, mais le peuple britannique a aussi le droit d’attendre l’intégrité de son gouvernement. »

Johnson a été contraint de dénoncer la mauvaise conduite imputée au représentant Charles Pincher, qui a démissionné du parlement, où il avait occupé des postes de responsabilité sur le banc conservateur, à la suite de plaintes concernant le harcèlement de deux hommes dans un club privé.

Lundi, les médias britanniques ont révélé six nouvelles allégations d’inconduite de l’ancien député conservateur Chris Pincher, quelques jours après sa suspension par le parti pour avoir « tâtonné » deux hommes.

Les accusations portées contre Pincher, qui ont été portées à la connaissance des journaux Independent, Mail on Sunday et Sunday Times, comprennent trois autres cas dans lesquels l’homme politique a fait des « avances non désirées » à d’autres députés, comme celle qui a eu lieu dans un bar du parlement et une autre dans son propre bureau pendant plus d’une décennie.

En février, l’un des députés qui s’était plaint de la conduite de Pincher aurait contacté Downing Street, la résidence et le bureau du Premier ministre, pour rapporter les détails des événements, tout en exprimant sa préoccupation que Pincher ait été nommé responsable de la discipline parlementaire pour les députés du Parti conservateur.

Pincher est devenu secrétaire d’État aux Affaires étrangères.

Début juin, Boris Johnson avait survécu à une motion de censure interne, après avoir recueilli 59 % des voix des députés du Parti.

En janvier, l’affaire du « partygate », a hanté la vie politique de Johnson, en raison de la participation d’organisations du « parti » à Downing Street qui auraient violé les restrictions lors de la pandémie de covid-19, ce qui a conduit à la démission de postes élevés au sein du gouvernement.

Articles récents