Ce changement intervient à un moment où la pandémie de covid-19 a poussé la plus grande économie du monde en récession. Le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis s'est contracté à un taux annuel de 31,7% au deuxième trimestre, après avoir également diminué au cours des trois premiers mois de 2020.

Les familles aux revenus plus modestes sont celles qui ont été les plus durement touchées par la crise économique.

En particulier, les changements de politique de la Réserve fédérale (Fed), annoncés aujourd'hui par son président, Jerome Powell, prédisent que l'inflation pourrait dépasser l'objectif de 2% «pendant un certain temps» pour éviter une hausse des taux d'intérêt.

Le président de la Fed, qui a pris la parole lors du symposium annuel de Jackson Hole, qui se déroule virtuellement, a réaffirmé que l'institution est prête à utiliser «toute la gamme d'instruments» dont elle dispose pour soutenir l'économie.

"L'économie est en constante évolution et la stratégie du comité de politique monétaire (qui décide des taux d'intérêt) pour atteindre ses objectifs doit s'adapter aux nouveaux défis qui se présentent", a déclaré Powell.

À un moment où le pays a enregistré des manifestations successives contre la discrimination raciale, Powell a fait valoir qu'un marché du travail «solide» peut profiter à de nombreuses communautés à revenu faible ou moyen.

Le président de la Fed a rappelé qu'avant la pandémie, le taux de chômage était à son plus bas niveau depuis 50 ans (3,5% en février contre 10,2% en juillet) et que les revenus des ménages avaient augmenté, au profit des minorités. aussi de cette conjoncture favorable.

«L'économie était solide en février (…). La reprise en mai et juin a dépassé les attentes et a été plus forte que prévu ", ce qui signifie que" l'économie est saine, sauf pour les secteurs directement touchés "par la crise sanitaire, a déclaré Jerome Powell, citant la restauration du secteur. voyages et hospitalité.

Dans ces secteurs, des millions de personnes ont perdu leur emploi et auront du mal à trouver de nouveaux emplois alors qu'il existe un risque de contagion.

«Cette partie de l'économie aura du mal à se redresser», étant donné que ces secteurs emploient également des personnes moins qualifiées qui auront du mal à se déplacer vers un autre secteur.

"Nous devons être aux côtés de ces personnes, les soutenir et les aider à reprendre leur vie professionnelle", a-t-il déclaré, soulignant que lorsque le covid-19 est "sous contrôle", "le reste de l'économie peut se redresser rapidement".

EO // EA