Les foules et les attaques ont été une constante dans les quartiers du Bairro Alto et de Cais Sodré, ainsi qu’à Santos, pendant la pandémie avec la fermeture des bars et des clubs.

S’adressant au Jornal Económico (JE), la présidente du conseil paroissial de Misericórdia, Carla Madeira, a déclaré que « la réouverture des clubs peut contribuer à la fin des rassemblements » dans le Bairro Alto et Cais Sodré, des quartiers de la capitale connus pour leur Nuit la vie.

Carla Madeira a également souligné que dans ces zones, la police a augmenté et ils promettent de fournir un véhicule de plus à la police de sécurité publique (PSP), ainsi qu’une augmentation des transports publics la nuit.

« Depuis cette dernière absence de confinement, les rassemblements dans la paroisse ont beaucoup augmenté, notamment dans les quartiers Bairro Alto et Cais Sodré. Ces rassemblements sont de loin supérieurs à ce qui se passait avant Covid car avant Covid, tout était ouvert. Les bars étaient tous ouverts, les clubs tous ouverts. Par conséquent, il y avait une vie nocturne dans tout le pays », a souligné Carla Madeira, présidente du Conseil paroissial de Misericórdia au JE.

Selon Carla Madeira, « avec ce dernier manque de confiance, la plupart des établissements de la paroisse, à savoir Bairro Alto et Cais do Sodré, mais il y avait d’autres établissements qui ont été fermés, comme les discothèques et c’est une des raisons pourquoi autant de personnes ont commencé à affluer dans ce quartier de la paroisse. Naturellement, le bruit a augmenté, le mépris a augmenté et la vie de ceux qui vivent ici est devenue un enfer ».

L’Association des hôtels, restaurants et services similaires du Portugal (AHRESP) a également défendu, dans un communiqué, que « le maintien de la fermeture légale des établissements de divertissement nocturne, tels que les bars et les clubs, en plus de rendre ces entreprises insolvables, avec le risque de ne pas rouvrir leurs commerces, cela a aussi pour effet pernicieux de favoriser les rassemblements dans d’autres lieux, qui se produisent sans aucun contrôle ni même soins avec des mesures de prévention par le Covid-19 ».

Qu’est-ce qui est fait et sera fait pour arrêter les rassemblements et la violence ?

Carla Madeira, du PS, rappelle que depuis 2012 il y a de la vidéosurveillance dans le Bairro Alto et que cela a été un atout pour aider le PSP à identifier les agresseurs. Cependant, en 2014, le commissaire Rui Costa a déclaré au « Public » que les « images pourraient servir à atténuer cette situation », et ne pouvaient toutefois pas être utilisées comme preuve devant un tribunal.

Concernant ce qui se fait actuellement, Carla Madeira a déclaré qu’« une force de police forte a commencé à exister. Le joint est en contact permanent avec le PSP. Par conséquent, le PSP a fortement intensifié la présence policière là-bas, notamment à partir du jeudi soir, fermant même plusieurs rues du Bairro Alto. Dans certaines rues, il est nécessaire de prouver que vous êtes un résident ».

« Il y a un fort conditionnement des personnes dans cette zone et le PSP a de facto une forte présence, avec des agents de proximité, des organes d’intervention, des équipes d’intervention rapide. Agents civils car les équipes d’intervention criminelle sont là aussi et donc, le conseil paroissial a articulé ces réponses sur le territoire et nous sommes très préoccupés par la situation ».

Le président du conseil paroissial ajoute que « nous avons eu plusieurs réunions institutionnelles et elles ont porté beaucoup de fruits, en plus de cela, le conseil paroissial offrira un véhicule à la PSP, au troisième commissariat de Bairro Alto. Nous avons également pris des contacts pour augmenter les transports en commun la nuit afin que les gens n’aient pas à attendre le matin pour rentrer chez eux ».

Le 1er mars 2021, le ministère de l’Administration intérieure a autorisé l’installation de 216 caméras de vidéosurveillance à Lisbonne. Les zones choisies, selon l’agence « Lusa », étaient : Praça do Comércio, Cais das Colunas, Praça D. Pedro IV, Praça dos Restauradores, Praça da Figueira, Rua Augusta, Rua Áurea, Rua da Prata, Rua dos Fanqueiros, Rua do Comércio et autres transversales, Avenida Ribeira das Naus, Cais do Sodré, Santa Apolónia, Campo das Cebolas et Miradouro de Santa Catarina (près du Bairro Alto).

Le Jornal Económico attend une réponse du ministère de l’Administration intérieure sur ce qu’il entend faire pour freiner les rassemblements et la violence dans les quartiers de Cais Sodré et du Bairro Alto.