« La proposition concrète que le gouvernement apporte à la table est de laisser 97,7% des travailleurs de l’administration publique exactement les mêmes, avec la même perte de salaire, avec les mêmes conditions salariales qu’ils ont aujourd’hui », a déclaré le chef du Frente aux journalistes. , Sebastião Santana, à l’issue d’une rencontre avec la secrétaire d’État à l’administration publique, Inês Ramires, à la présidence du Conseil des ministres, à Lisbonne, lors du deuxième cycle de négociations après l’approbation du budget de l’État pour 2022 ( OE2022 ).

Pour le Front commun, le Gouvernement avait les conditions « pour aller beaucoup plus loin » en termes de valorisation, et la proposition « ni aux travailleurs auxquels elle s’adresse, qui cette année 2022, concerne le groupe des assistants techniques, n’est manifestement insuffisant ».

« Par rapport aux techniciens supérieurs et techniciens supérieurs titulaires d’un doctorat, la proposition est très insuffisante, elle modifie aussi les sauts entre les premiers postes de rémunération, avec comme circonstance aggravante que, selon le Gouvernement, elle ne sera applicable qu’en janvier 2023 » , a déclaré Sebastiao Santana.

En ce qui a trait aux augmentations salariales générales, le Front commun a déclaré qu’aucune garantie n’avait été donnée par le gouvernement à cet égard.

« Les travailleurs sont désormais confrontés à une augmentation exorbitante du coût de la vie, ils accumulent désormais des pertes de salaire déjà proches de 15% à la fin de cette année, par rapport à 2009, qui était la dernière année où il y a eu une augmentation de salaire, et cette situation doit être inversée et nous comprenons que le gouvernement a tous les instruments et ressources financières pour le faire maintenant et ne pas renvoyer cette discussion uniquement à janvier 2023 », a souligné le dirigeant syndical.

Interrogé sur la possibilité que les augmentations soient absorbées par l’IRS, en raison de la montée en grade, Sebastião Santana a admis qu’il peut y avoir des cas dans lesquels, avec l’augmentation, le travailleur aura moins d’argent par mois.

« Les petits changements qui ont maintenant eu lieu aux niveaux ne permettront très probablement pas de prendre en charge ces situations et il n’est pas prévu dans l’article qu’on nous propose quoi que ce soit pour compenser cela », a-t-il déclaré, réitérant la position du Front commun. demande de rétablissement des niveaux d’IRS qui s’appliquaient avant l’entrée de la « troïka ».

Le Front commun décidera maintenant s’il demande au gouvernement une autre réunion pour poursuivre les négociations.

Plus précisément, la proposition du gouvernement prévoit, concernant l’entrée dans la carrière d’assistant technique, une augmentation de 47,55 euros à 757,01 euros (déplacement de la première position dans le tableau des rémunérations du niveau cinq à six), qui devrait entrer en vigueur plus tard cette année , rétroactive à janvier, selon la proposition du gouvernement.

Le salaire d’entrée des techniciens supérieurs, qui est actuellement de 1 007,49 € pour les stagiaires et de 1 215,93 € pour les diplômés, passera respectivement à 1 059,59 € et 1 268,04 €, soit une augmentation de 52 €.

Dans le cas des techniciens supérieurs titulaires d’un doctorat, une valorisation est proposée à l’entrée dans la carrière, qui se fait désormais au quatrième poste de rémunération, correspondant à la valeur de 1 632,82 euros, ce qui correspond à environ 400 euros supplémentaires.

Les travailleurs titulaires d’un doctorat qui occupent déjà le quatrième poste de rémunération ou plus passent au poste de rémunération immédiatement suivant.

Les valorisations proposées pour les techniciens supérieurs et pour les titulaires d’un doctorat ne devraient entrer en vigueur qu’en janvier 2023, même si la mesure est déjà prévue dans le rapport OE2022.

La proposition du gouvernement transmise aux syndicats prévoit également que les travailleurs repositionnés maintiennent les points et les mentions qualitatives correspondantes d’évaluation du rendement aux fins de progression future.

MPE (DF) // CSJ