« En ce qui concerne cette question de la législation du travail, c’est grave, car nous sommes sur le point de recevoir beaucoup d’argent de l’Union européenne et cet argent doit être, fondamentalement, pour les entreprises et au sein des entreprises, fondamentalement, pour l’investissement », a souligné sur Rui Rio.

Selon lui, « les entreprises doivent investir pour que nous puissions avoir une meilleure économie et, évidemment, que le sens de la transformation de la législation du travail auquel il fait référence est néfaste aux intentions d’investissement ».

« Je n’ai donc aucun doute, le gouvernement va encore une fois dans la direction opposée à ce dont l’économie portugaise a besoin », a accusé aujourd’hui le président du PSD.

Selon Rui Rio, cette promesse de falsifier la législation du travail a, « en retour, certainement, le vote du budget de l’Etat » par le PCP et BE et, en ce sens, il a affirmé que le PS entretient une « relation d’amour-haine ». » avec ces deux partis.

« Parce qu’il navigue à vue, il devra trouver, à tout moment, le vote qu’il n’obtient pas, car il n’a pas d’accord signé, il n’a pas de majorité stable, c’est une majorité chancelante », a-t-il déclaré. justifié.

En même temps, a ajouté Rui Rio, « il va librement attaquer le PSD pour démontrer à cette même gauche qu’il peut être calme, [porque] avec le PSD ne veut strictement rien ».

Ce vendredi, lors de la présentation des candidats sociaux-démocrates des 14 communes du district de Guarda, la ville où s’est déroulé dans la nuit le conseil national, Rui Rio, à cet égard, avait déjà accusé le gouvernement d’offrir une « sorte d’engagement sonner » au PCP.

« Comme pour dire : ‘Vous avez cette bague ici, si vous me votez maintenant sur le budget’. C’est absolument clair. Ce n’est pas que le pays s’y intéresse, c’est l’intérêt du gouvernement d’obtenir une majorité, qui la fuit », a-t-il déclaré.

Mercredi soir, le Gouvernement a mis en consultation le Livre vert sur l’avenir du travail, une nouvelle version qui « intègre les contributions issues de la discussion au siège du CPCS. [Comissão Permanente de Concertação Social]», qui court jusqu’au 22 juin.

Le Livre vert, qui a été présenté par le gouvernement lors de la Concertation sociale fin mars, devrait servir de base à la régulation des questions de travail, comme le travail à distance et le télétravail ou le travail sur les plateformes numériques.

Le 19 mai, le leader parlementaire PS a assuré l’aile gauche de la disponibilité des socialistes pour « revisiter » les questions de législation du travail, tant en consultation sociale qu’à l’Assemblée de la République, visant à accroître les droits des travailleurs.

« C’est l’engagement que je veux laisser dans ce débat de la part de la magistrature du PS », a déclaré Ana Catarina Mendes, dans une brève intervention au milieu de l’appel du PCP au gouvernement sur les droits des travailleurs.

IYN (CYC/PMF) // JNM