La réunion extraordinaire du Conseil général, présidée par Carlos Moedas, aura lieu au siège de l’ANMP, à Coimbra, à 15h00, après une réunion du conseil d’administration de l’association, présidée par la présidente, Luísa Salgueiro, prévue le 10 :00 du matin.

Le Conseil général est l’organe suprême de l’ANMP entre les congrès, composé de 61 maires de tout le pays, élus au scrutin proportionnel, et se réunit trimestriellement, mais peut se réunir de manière extraordinaire lorsque cela est jugé nécessaire.

Parmi les attributions du Conseil Général de l’ANMP figurent l’approbation des plans et budgets d’activités, des rapports d’activités et des comptes, le suivi de l’exécution des orientations générales définies en congrès et de l’activité du Conseil de Direction et de se prononcer sur toutes matières présentées par le Conseil de directive. . Il appartient au Conseil général de se prononcer sur l’admission ou l’exclusion de tout membre, y compris de recevoir, par voie de communication écrite, la décision d’abandon par toute commune.

Cette réunion extraordinaire a été demandée par le Conseil d’administration, qui se réunit également ce matin, pour discuter, entre autres, de « l’actualisation des fonds et de la révision des critères en matière de décentralisation », discuter de « toutes les mesures permettant d’assurer la pérennité des finances ». » et répondre à certaines préoccupations concernant « un ensemble de questions fondamentales pour les municipalités » dans le budget de l’État pour 2022 (OE2022), comme l’a révélé il y a environ un mois la présidente, Luísa Salgueiro, à Coimbra.

Lors de la réunion, le Conseil directeur demandera au Conseil général « de convoquer une réunion nationale des maires pour discuter conjointement des impacts d’OE2022 sur l’activité municipale, ainsi que de la décentralisation des compétences et des finances locales », a ajouté l’également président de la Câmara. de Matosinhos, indiquant que l’ANMP reste attentive aux doléances des maires « préoccupés par le déséquilibre des comptes » lié à la décentralisation des pouvoirs.

L’ANMP continue de négocier avec le gouvernement la décentralisation des pouvoirs de l’administration centrale vers l’administration locale, à savoir la mise à jour des valeurs correspondant aux compétences à assumer, même après le départ de la Chambre de Porto de l’association, affirmant qu’elle ne se sentent représentés dans les négociations avec le gouvernement.

Comme Porto, d’autres municipalités ont menacé d’abandonner ou de discuter de la sortie de l’ANMP, estimant que les fonds négociés avec le gouvernement étaient insuffisants pour remplir les compétences à décentraliser, notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’action sociale.

Plusieurs maires, notamment le leader historique de l’ANMP et actuellement maire de Viseu, Fernando Ruas (PSD), ainsi que le président des maires sociaux-démocrates et maire de Mafra, Hélder Sousa Silva, ont défendu la nécessité de tenir un congrès extraordinaire sur la décentralisation , afin d’éviter le départ de plusieurs chambres et de ne pas affaiblir l’interlocuteur des communes auprès du Gouvernement.

La dernière réunion ordinaire du Conseil général a eu lieu le 4 mai à Lisbonne, au cours de laquelle un avis défavorable à l’OE2022 a été approuvé à l’unanimité, car il a compris que « le gouvernement n’a pas accepté un ensemble de mesures qu’il considère comme fondamentales pour une gestion municipale efficace . »

Entre-temps, le PS a proposé et approuvé à l’Assemblée de la République la réactivation de la Commission de suivi de la décentralisation pour les municipalités, qui a parmi ses fonctions d’analyser si les fonds accordés aux municipalités pour remplir des fonctions dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’action sociale sont suffisants. .

RCS (CSS) // MLS