Dans l’ordonnance, qui a augmenté la part de la musique portugaise à diffuser sur les services de radiodiffusion de 25 à 30%, il était dit qu ‘«après plus de 10 ans, il est temps de procéder à la mise à jour de la part minimale de la musique portugaise sur les radios nationales, remplissant ainsi un objectif qui appartient à tous: la promotion de la musique et de la langue portugaise ».

L’augmentation du quota minimum obligatoire pour la musique portugaise dans le programme de musique radiophonique à 30% a été annoncée le 14 janvier, par la ministre de la Culture, Graça Fonseca, dans le cadre des mesures de réponse à la pandémie de covid-19, avec pour objectif de «Accroître la diffusion de la musique portugaise» et «son appréciation au profit des auteurs, artistes et producteurs».

Graça Fonseca a rappelé, à l’époque, que le quota était resté inchangé depuis le début de son application, lorsque sa tutelle était prévue pour sa révision annuelle. La loi de 2006 sur la radio prévoyait une part de la musique portugaise entre 25 et 40% pour les chaînes généralistes.

Au lendemain de l’annonce, l’Association portugaise de radiodiffusion (APR) et l’Association des radios d’inspiration chrétienne (ARIC) se sont prononcées contre la mesure, affirmant son inefficacité, son manque de dialogue, alertant les plateformes musicales internationales et critiquant le manque de soutien du gouvernement aux médias. , et la radio en particulier.

L’Association phonographique portugaise (AFP) et l’Association pour la gestion et la distribution des droits (Audiogest) se sont par contre satisfaites d’une décision qu’elles considéraient comme «une étape positive et importante pour le secteur de la musique».

Quelques jours plus tard, les groupes Renascença et Media Capital Rádios, dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Culture, Graça Fonseca, ont considéré l’augmentation à 30% de la part minimale de diffusion de la musique portugaise comme une mesure «inefficace, injuste», qui ne résoudre le problème des artistes.

Fin janvier, plus de 450 musiciens et auteurs portugais, qui en ont entre-temps rejoint des centaines d’autres, se sont abonnés à un texte, dans lequel ils ont appelé le public à écouter leur musique à la radio, saluant l’augmentation du minimum part de la musique des stations de radio portugaises à 30%.

La liste des abonnés comprenait, entre autres, des musiciens tels que Ágata, Agir, Aldina Duarte, António Zambujo, Bárbara Bandeira, Aurea, Blaya, Camané, Carminho, Carolina Deslandes, Cláudia Pascoal, Conan Osiris, David Bruno, David Carreira, Dino D ‘Santiago, Diogo Piçarra, Fausto Bordalo Dias, Manel Cruz, ProfJam, Marta Ren, Paulo de Carvalho, Pedro Abrunhosa, Quim Barreiros, Ricardo Ribeiro, Rodrigo Leão, Rui Veloso, Sam The Kid, Selma Uamusse, Toy et Xinobi.

Dans le texte, les artistes se souviennent qu’ils ont besoin d’un «contact avec le public», qu’ils les «entendent» et se sentent entendus.

JRS (AL / CP) // TDI

Le contenu La part minimale de la musique portugaise à la radio passe à 30% à partir d’aujourd’hui apparaît en premier dans Visão.