1-1-e1669908198824-png
la-nouvelle-annee-apporte-des-augmentations-generalisees-tirees-par-linflation-2

La nouvelle année apporte des augmentations généralisées tirées par l’inflation

L’électricité va augmenter pour ceux du marché régulé, mais aussi pour certains clients qui sont passés au marché libéralisé, sous la pression des prix du gaz naturel, utilisé pour produire de l’électricité.

Les péages enregistrent également des augmentations, ainsi que les loyers, bien que limités par le Gouvernement, compte tenu de l’impact de l’inflation sur ces prix.

Les mises à jour de prix connues pour 2023 sont les suivantes :

+++ Électricité +++

Le prix de l’électricité sur le marché réglementé augmente de 1,6% en janvier 2023 par rapport à décembre, avec une hausse de 3,3% par rapport à la moyenne de cette année, des valeurs supérieures à celles proposées en octobre, a annoncé l’ERSE – Entidade Energy Services Regulator .

Selon les données publiées par l’ERSE, avec cette augmentation, la facture mensuelle moyenne, à partir de janvier 2023, pour un couple sans enfant (puissance 3,45 kVA, consommation 1 900 kWh/an) augmente de 0,54 euros, et pour un couple avec deux enfants ( puissance 6,9 ​​kVA, consommation 5 000 kWh/an) coûte 1,41 euros.

Sur le marché libéralisé, EDP Comercial a annoncé qu’elle augmenterait d’environ 3 %, en moyenne, la valeur des factures d’électricité des clients résidentiels, à compter du 1er janvier, reflétant la volatilité du coût d’achat de l’énergie.

Pour sa part, Endesa prévoit de maintenir la valeur globale des factures d’électricité des clients en 2023, en commençant à inclure le coût du mécanisme ibérique, mais en réduisant les prix de l’électricité, a averti l’entreprise dans une note aux clients.

Iberdrola a indiqué que les factures d’électricité des clients baisseront, en moyenne, de 15% en 2023, notant que cette réduction « s’applique aux composants énergétiques et aux coûts d’accès ». « Naturellement les taxes, redevances et autres montants définis par l’Etat » sont exclus, a ajouté Iberdrola, dans un communiqué.

Galp réduira les factures d’électricité d’environ 11%, en moyenne, à partir de début 2023, a déclaré une source officielle à Lusa. Ainsi, précise la même source, « pour une consommation moyenne d’une famille type avec deux enfants, la plus courante dans le portefeuille clients de Galp, cette mise à jour se traduira par une baisse moyenne de 3,5 euros à six euros » par mois.

+++ Gaz +++

La facture de gaz naturel augmentera, à partir de janvier, d’environ 3% pour les clients les plus représentatifs du marché régulé, après une déviation des prix d’achat prévisionnels, a annoncé l’ERSE.

Dans un communiqué, l’entité précise avoir mis à jour « le prix du tarif de l’énergie sur le marché régulé, de deux euros supplémentaires par MWh, à compter du 1er janvier 2023 ».

Ainsi, la facture mensuelle moyenne, en janvier 2023, pour un couple sans enfant (1er palier de consommation, consommation 1 610 kWh/an) augmente de 0,33 euros et pour un couple avec deux enfants (2e palier de consommation, consommation 3 407 kWh/an ) augmente de 0,70 euros.

De son côté, Galp a indiqué que pour ses clients « les factures de gaz naturel resteront inchangées au cours des trois premiers mois de 2022 ».

+++ Dentelle +++

Les loyers ne peuvent augmenter, à partir de janvier, que jusqu’à 2 %, après que le gouvernement a publié une loi à cet effet, dans le Diário da República, en octobre, dans le cadre de mesures visant à atténuer l’impact de la hausse des prix.

Aux termes de la loi n° 19/2022, « au cours de l’année civile 2023, le coefficient annuel d’actualisation des loyers des différents types de baux prévus à l’article 24 de la loi n° 6/2006 du 27 février », avec le coefficient en vigueur dans les différents types de baux urbains et ruraux visés étant de 1,02, « sans préjudice d’une stipulation différente entre les parties ».

Pour autant, le coefficient d’actualisation des loyers défini pour 2023 (1,02) est le plus élevé des neuf dernières années. En 2022, un coefficient de 1,0043 a été appliqué et en 2021, de 0,9997.

+++ Péages +++

Les péages vont augmenter de 4,9% à partir de janvier, a annoncé le ministre des Infrastructures, compte tenu de la solution qu’il était possible d’arriver à « l’équilibre ».

« Il était clair pour nous qu’une augmentation de 9,5% et 10,5% était insupportable, mais il y a aussi des contrats et des responsabilités et nous avons essayé de trouver une solution équilibrée qui permettrait une augmentation plus faible », a déclaré le ministre Pedro Nuno Santos.

Ainsi, à compter du 1er janvier 2023, les tarifs de péage augmenteront de 4,9 % dans le montant supporté par les usagers. Au-dessus de cette valeur, a précisé le responsable gouvernemental, « 2,8% seront à la charge de l’Etat et le reste, jusqu’à 9,5% ou 10,5%, sera à la charge des concessionnaires ».

Cette solution résulte d’un « partage des responsabilités » et évite que le prix des péages issus des contrats de concession n’augmente de 9,5 % et 10,5 % en 2023, en raison du contexte actuel de forte inflation.

+++ Transports +++

L’Autorité de la mobilité et des transports (AMT) a annoncé en octobre que la mise à jour prévue des tarifs de transport était de 6,11 %, rappelant que la valeur maximale est le taux de variation moyen de l’indice des prix à la consommation, hors logement, sur les 12 mois entre octobre 2021 et septembre. 2022, ou 0 lorsque ce taux est négatif.

Cependant, a-t-il souligné dans une note publiée sur son « site », pour 2023, « dans le contexte macroéconomique actuel, compte tenu du taux d’inflation, détermine la résolution du Conseil des ministres n.º 74-A/2022, du 6 septembre, et sans préjudice des indemnités respectives à attribuer par les autorités organisatrices compétentes », la « non-augmentation des ‘abonnements transports en commun’ » et « le maintien, au cours de cette année, du tarif en vigueur en 2022 pour les titres de transport CP » se référant aux services réguliers, c’est-à-dire la hausse tarifaire de 6,11 %, ne peut s’appliquer « qu’aux titres et tarifs de transports occasionnels ».

Ainsi, les pass tarifaires Navegante et les tickets occasionnels Carris Metropolitana maintiendront en 2023 les prix pratiqués cette année.

Les billets occasionnels pour le tarif intermodal Andante, dans la zone métropolitaine de Porto (AMP), subiront une augmentation moyenne de 1% à partir de janvier, a déclaré Transportes Intermodals do Porto (TIP). Les laissez-passer mensuels n’augmenteront pas.

+++ Télécommunications +++

Altice Portugal, propriétaire de Meo, mettra à jour les prix à partir de février, les clients qui n’ont qu’une voix fixe et les retraités avec un régime à la retraite étant exclus de cette augmentation, a déclaré le président exécutif à Lusa.

La position des autres opérateurs n’est pas encore connue.

+++ Pain +++

Le prix du pain devrait encore augmenter en 2023, en raison de l’augmentation du coût des matières premières et de l’énergie, mais aussi impacté par la mise à jour du salaire minimum national, a déclaré l’ACIP à Lusa.

« Beaucoup dépendra de la variation des prix des matières premières et de l’énergie, mais il va très probablement augmenter, même en raison de l’impact de l’augmentation du salaire minimum », envisageait la direction de l’Association du commerce et de l’industrie de la boulangerie (ACIP ), en réponse au Portugais.

Selon l’association, seule une partie des augmentations s’est répercutée sur le prix payé par le consommateur, le reste a été supporté par les producteurs qui, à leur tour, ont vu leurs marges bénéficiaires baisser.

ALYN (MPE/ALU/PD/PE/SVF/JE/RCS) // CSJ

Articles récents