« Les inquiétudes des autorités portugaises ont été communiquées aux autorités compétentes à Oslo », a répondu aujourd’hui Lusa Siri Svendsen, porte-parole de l’EMN norvégienne, après que la diplomatie portugaise s’est inquiétée mercredi de l’annulation d’un appel d’offres de 21 millions d’euros remporté par l’Efacec. pour une usine de biogaz à la périphérie d’Oslo.

La porte-parole a également déclaré que « le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Pêche prépare une lettre aux autorités portugaises » suite à la situation, mais a exclu toute implication directe de la diplomatie norvégienne dans cette affaire.

Confirmant que «le ministère portugais des Affaires étrangères a contacté l’ambassade à Lisbonne par téléphone et par courrier électronique à ce sujet», la porte-parole a ajouté que la représentation diplomatique norvégienne à Lisbonne «a informé le ministère des Affaires étrangères de Lisbonne du Conseil de recours des concours publics. (KOFA) ».

En ce qui concerne l’annulation de l’offre, l’EMN norvégienne n’a fait aucun commentaire et a évoqué la société qui avait initialement attribué le contrat à Efacec, Nedre Romerike Avløpsselskap (NRA), déclarant que «la question pourrait éventuellement être examinée par le Conseil d’appel des marchés publics ou par les tribunaux ».

Mercredi, le MNE a déclaré à Lusa qu’il avait vu l’annulation d’un appel d’offres remporté par Efacec en Norvège «avec une grande inquiétude», et qu’il attendait alors des éclaircissements du gouvernement d’Oslo.

«L’EMN suit cette situation avec une grande inquiétude, non seulement parce qu’un éventuel départ du contrat signifie d’un point de vue financier pour Efacec, mais aussi en raison du préjudice à la réputation que la situation cause chez un leader du marché, avec une histoire de très réussie sur les marchés nordiques », peut-on lire dans une réponse envoyée par la source officielle du MNE à Lusa.

Le même jour, le journal norvégien E24 a rapporté que la NRA avait demandé une garantie de l’État portugais (qui détient actuellement 71,73% d’Efacec) concernant l’appel d’offres, indépendamment d’une éventuelle privatisation future de l’entreprise.

« Cette garantie doit s’appliquer pendant la durée du contrat même si l’actionnaire majoritaire vend ses parts dans les sociétés, à moins que l’ARN n’accepte que le nouveau propriétaire émette une garantie similaire en remplacement de la garantie d’origine », peut-on lire dans une lettre du NRA à Efacec, cité par la publication norvégienne.

Selon E24, l’Efacec a répondu qu’il ne pouvait y avoir aucune garantie de l’État, car elle pouvait être limitée par les règles des aides d’État, et «cela soulèverait des problèmes politiques qui non seulement retarderaient le processus mais conduiraient également à un débat de dont aucune des parties ne profite ».

La société portugaise a également affirmé que les procédures NRA « sont loin d’être la norme de l’industrie dans des appels d’offres similaires », rapporte le journal norvégien.

Lusa a contacté l’Efacec au sujet de l’échange de correspondance avec la NRA et attend une réponse.

Le 2 février, l’appel d’offres a finalement été annulé pour des raisons de solidité financière de l’Efacec, selon les déclarations du directeur général de la NRA, Thomes Trømborg.

En réaction à l’annulation, le 12 février, Efacec a déclaré à Lusa qu ‘«il est également étrange que la plainte de l’entreprise concurrente d’Efacec, à l’origine de cette situation, ait été rejetée par le régulateur norvégien des marchés publics – KOFA – et encore plus parce que la NRA a défendu publiquement le choix d’Efacec ».

« Les allégations présentées par l’entreprise publique norvégienne sont réfutées avec véhémence par l’Efacec, qui ne comprend pas l’annulation d’un appel d’offres, ni le fait que la décision a été annulée un peu plus d’un mois après son attribution », ajoutant qu’elle « analyse toutes les options juridiques pour faire appel de cette décision, qu’il ne comprend pas et n’accepte pas », ajoutant qu’il défendra sa réputation« jusqu’aux dernières conséquences ».

Le 23 décembre, Lusa a rapporté que la société norvégienne Cambi, concurrente d’Efacec dans l’appel d’offres de 20,9 millions d’euros, l’avait contestée en raison de relations antérieures d’actionnaires avec la femme d’affaires Isabel dos Santos.

JE // JNM

Le contenu norvégien communiqué aux autorités compétentes des préoccupations portugaises concernant l’appel d’offres impliquant Efacec apparaît en premier dans Visão.