« La politique énergétique portugaise doit préserver la durabilité environnementale et ne peut pas échouer face à l’urgence climatique », lit-on dans un communiqué publié aujourd’hui par Zero.

Dans les cinq appels qu’il lance aujourd’hui, Journée nationale de l’énergie, le premier est la nécessité « d’approuver la stratégie nationale à long terme de lutte contre la précarité énergétique ».

« Zero continue de défendre que la précarité énergétique est un problème très pertinent dans le contexte national, couvrant 20% de la population qui ne peut pas supporter les charges pour garantir le confort thermique à la maison », déclare l’association environnementale dirigée par Francisco Ferreira.

Rappelant que « la consultation publique de la Stratégie nationale à long terme de lutte contre la précarité énergétique 2021-2050 s’est achevée le 17 mai 2021, il y a 377 jours », l’association considère qu' »une stratégie importante comme celle-ci ne peut être utile que dans notre pays s’il est approuvé ».

Dans le texte rendu public aujourd’hui, l’association défend également qu’il faut « transposer en urgence » la directive sur les énergies renouvelables, qui selon l’association « a 11 mois de retard sur l’échéance ».

Le texte législatif fait référence à « la promotion de l’utilisation de l’énergie à partir de sources renouvelables, fixe l’objectif contraignant de l’UE [União Europeia] atteindre au moins 32 % d’énergies renouvelables d’ici 2030 », ainsi que des objectifs spécifiques pour les secteurs du chauffage et du refroidissement et des transports d’ici 2030.

« Compte tenu de l’engagement national pour le développement des énergies renouvelables, on ne comprend pas pourquoi cette transposition fait encore défaut », prône l’association dirigée par Francisco Ferreira.

Le troisième recours de Zero porte sur l’adoption de « mesures en faveur de l’efficacité énergétique qui font défaut depuis 19 mois ».

L’association rappelle que la Commission européenne « fait référence au fait que le Portugal n’a pas adopté de mesures pour promouvoir l’efficacité énergétique », la directive de 2018 devant assurer l’objectif européen « d’atteindre 32,5% en termes d’efficacité énergétique d’ici 2030 ».

Zero préconise de réduire les besoins en énergie utile, d’améliorer l’efficacité des systèmes techniques et de mettre en place des systèmes utilisant des sources d’énergie renouvelables.

Les écologistes voient également la nécessité « d’aller de l’avant avec la simplification et la réduction de la bureaucratie dans l’autoconsommation collective et le soutien aux communautés d’énergie renouvelable », Zero qualifiant les processus administratifs de « lents et déroutants ».

L’association souhaite également mettre fin aux « investissements inutiles dans le gaz naturel », considérant que, par exemple, après la présentation du plan visant à éloigner l’UE des combustibles fossiles russes, il « a été éclipsé par davantage d’investissements dans les infrastructures gazières ».

« La diversification des emplacements des sources d’énergie remplace simplement les combustibles fossiles russes par d’autres combustibles fossiles, entraînant une poursuite des dépendances », selon Zero.

JE // MV