Le parquet brésilien a décidé de convoquer le sénateur Flávio Bolsonaro, fils du président du Brésil, pour témoigner dans le cadre d'une enquête sur des fuites d'informations par la police fédérale, dans le cadre d'une opération impliquant son ancien assistant.

Vendredi, la presse locale a communiqué ces informations, ajoutant que la demande avait été envoyée au procureur général, Augusto Aras, pour convoquer le sénateur, en raison du "forum privilégié" de Flávio Bolsonaro.

Au Brésil, un forum privilégié est un droit accordé à certaines autorités qui occupent des fonctions publiques, permettant aux occupants de ces bureaux de ne pas être jugés par la justice commune (première instance) comme c'est normalement le cas.

Après avoir reçu la convocation, Flávio Bolsonaro aura 30 jours pour planifier la déposition.

En mai, le député brésilien a lancé une enquête criminelle pour enquêter sur la divulgation présumée d'une opération de police secrète au fils aîné de Jair Bolsonaro.

L'enjeu est l'homme d'affaires brésilien Paulo Marinho, figure centrale de la campagne présidentielle de Jair Bolsonaro en 2018, qui a déclaré en mai que Flávio Bolsonaro avait été informé par un délégué de la police fédérale, entre le premier et le deuxième tour de l'élection, que une opération le concernant serait lancée.

Dans une interview au journal Folha de S. Paulo, Paulo Marinho, qui a renoncé à son domicile à Rio de Janeiro pour la structure de la campagne présidentielle de Bolsonaro, a déclaré que des responsables de la police avaient retardé la publication de l'opération au profit de l'élection de Jair Bolsonaro.

L'informateur aurait conseillé à Flávio Bolsonaro de licencier Fabrício Queiroz, un conseiller identifié par les organes de contrôle financier avec des sommes d'argent incompatibles avec ses revenus.

Il s'agit de l'opération Furna da Onça, qui a dévoilé les détails des mouvements financiers atypiques de Fabrício Queiroz, ancien conseiller de Flávio Bolsonaro.

Queiroz est accusé d'avoir mis en place un programme «fêlé» – une pratique dans laquelle les employés remettent une partie de leur salaire payé par l'État à ceux qui les embauchent – dans le bureau de Flávio à l'Assemblée législative de Rio de Janeiro (Alerj).

L'enquête vise à savoir si les policiers fédéraux ont divulgué des informations classifiées qui privilégiaient "qui que ce soit", a indiqué le coordinateur du noyau de contrôle externe de l'activité policière du député de Rio de Janeiro, l'organe qui sera responsable de la procédure.

S'il est prouvé que des informations confidentielles ont été divulguées, a-t-il expliqué, "les policiers responsables peuvent être arrêtés et même perdre leur emploi pour irrégularité".

Outre Flávio Bolsonaro, les avocats Ralph Hage Vianna et Christiano Fragoso ont également été convoqués.

MYMM // EJ

Le contenu Justice veut qu'un enfant du PR du Brésil témoigne en cas de fuite d'informations apparaît d'abord à Visão.