Tous les amateurs de sports mécaniques du monde entier connaissent désormais Portimão et l'Algarve grâce au Grand Prix du Portugal de F1, qui s'est tenu du 23 au 25 octobre sur l'hippodrome international de l'Algarve. Cela a été salué comme l’aspect le plus important de l’événement par le président de l’Association des hôteliers de l’Algarve (AHETA).

"Dans une année vraiment atypique, le principal impact a été la couverture médiatique internationale considérable de l'événement", a déclaré Elidérico Viegas, patron de l'AHETA.

Alors que les hôtels et centres de villégiature à Portimão et ses environs étaient presque entièrement réservés pendant l'événement, ce n'était pas le cas ailleurs en Algarve.

Selon Viegas, «nous devons être conscients que les spectateurs étrangers, en raison des restrictions dans leur propre pays, n'ont pas pu y assister, ce qui a limité les revenus des organisateurs ainsi que des hôtels, des détaillants, des restaurants et des locations de voitures.

«Le défi sera de faire en sorte que l'événement continue d'être organisé ici dans les années à venir», a-t-il déclaré, ajoutant que des événements majeurs comme la F1 attirent non seulement des milliers de fans, mais fournissent également à la région une visibilité internationale.

Viegas a également déploré l'annonce que le MotoGP se déroulerait sans spectateurs ce mois-ci en raison de l'aggravation de la situation de la pandémie au Portugal.
«C'est une mesure à laquelle nous nous attendions déjà, compte tenu de ce qui s'est passé lors du week-end de F1», a-t-il déclaré, faisant référence au manque de distanciation sociale qui a été signalé dans certaines sections des stands.

Tout en admettant que cela se traduirait par de nouvelles pertes pour les entreprises locales, le patron de l'association a également souligné que le MotoGP n'avait pas la même «taille et le même impact» que la Formule 1.

«Entre le développement de la pandémie et la pression de l’opinion publique, la décision« politiquement correcte »a prévalu», a déclaré Viegas.

Même si le MotoGP allait de l'avant avec les spectateurs, cela n'aurait guère d'importance dans le grand schéma des choses.

Environ 70% des hôtels de l'Algarve prévoient de fermer cet hiver, et personne ne pense que le secteur connaîtra une quelconque reprise avant Pâques 2021.

«Quand j'ai dit cela au début de la pandémie en mars, j'ai failli être lynché! Maintenant, on me dit que je suis trop optimiste », a déclaré Viegas à Lusa la semaine dernière.

S'adressant au résident, il a admis que le rétablissement sera lent et prolongé pendant plusieurs années.

«Les touristes n'ont pas encore regagné leur confiance et ils ne devraient pas le faire de si tôt», a-t-il ajouté.

La Confédération du tourisme dit «non» au nouveau verrouillage
La Confédération portugaise du tourisme (CTP) a exprimé son opposition à un nouveau verrouillage et a exhorté le gouvernement à «renforcer» le service national de santé (SNS) et à se concentrer sur la protection des groupes de population les plus vulnérables.

Selon la confédération dans un communiqué à l'agence de presse Lusa, un nouveau verrouillage aurait des «effets dramatiques» sur l'économie nationale et en particulier le secteur du tourisme, qui fait face à l'une de ses plus grandes crises.

«Les entreprises touristiques font face à d’énormes difficultés et ne pourront pas survivre à un autre verrouillage. Beaucoup sont déjà dans une situation irrémédiable », a déclaré CTP.
Il a ajouté qu'un nouveau verrouillage «mettrait le pays en danger de faillite».

Cela ne veut pas dire que tout doit revenir à la normale, souligne-t-il.

«Les flambées dans les maisons de retraite ne peuvent plus se reproduire. Le gouvernement doit protéger la population », a déclaré le président du CTP Francisco Calheiros, ajoutant que les gens doivent continuer à porter des masques, à se désinfecter fréquemment les mains et à prendre des distances sociales, tandis que l'économie est autorisée à rester ouverte.

Par MICHAEL BRUXO
michael.bruxo@algarveresident.com