L’Association portugaise des éditeurs et libraires (APEL) a révélé aujourd’hui que 350 000 personnes ont assisté à la Foire du livre de Lisbonne, un nombre qui « a largement dépassé les attentes », se rapprochant des valeurs d’avant la pandémie, et qui a laissé un signe « très optimiste ».

«Ça s’est extraordinairement bien passé. Cela a largement dépassé les attentes et la grande différence par rapport aux salons précédents est que pendant la semaine, il y avait un grand nombre de visiteurs, tandis que le week-end, il s’est approché des chiffres d’avant la pandémie », a déclaré à Lusa le vice-président de l’APEL, Pedro Sobral , bilan de l’événement qui s’est déroulé du 26 août au 12 septembre.

Selon le responsable, les 350 000 visiteurs ont été atteints avec une limite maximale imposée à 5 500 personnes, ce qui soulève la possibilité que ce nombre global puisse être plus élevé, s’il n’y avait pas une telle limitation.

Pour l’APEL, trois facteurs fondamentaux ont contribué à ces résultats : la liquidité des consommateurs, le fait qu’il s’agissait du premier événement d’envergure auquel les gens assistaient volontiers et une plus grande sensibilité à la lecture due à l’attention des médias.

D’une part, il y a la perception que le client typique du salon du livre vient de classes plus instruites, qui dans la plupart des cas n’ont pas perdu de revenus pendant la pandémie, et avaient donc des liquidités disponibles pour acheter des livres, a expliqué Pedro Sobral.

D’autre part, le « sentiment de normalité » a contribué à ce qui a été le « premier événement de grand format », qui a attiré « des gens désireux de se rendre dans les zones d’espace et de restauration, qui ont atteint un nombre record ».

« L’année dernière, les gens venaient avec une liste, achetaient les livres et partaient. Cette année, il y avait une envie d’assister à la foire, de rester pour déjeuner ou dîner. Cela a également été vérifié par la grande affluence pendant la nuit et les heures H ont également atteint des valeurs très élevées », a souligné Pedro Sobral.

Troisièmement, il y a une « lecture très optimiste » qui est faite de cette augmentation de la demande : il peut y avoir un certain besoin de lire.

« Pendant le confinement, les gens n’achetaient pas de livres, contrairement à ce qui s’est passé dans d’autres pays européens. Maintenant, étant donné la présence de livres dans les médias, l’exposition médiatique du livre, il y a eu une augmentation de la demande, ce qui peut nous faire regarder avec optimisme jusqu’à la fin de l’année », a-t-il déclaré.

Les jeux vidéo, les séries et les films sur les plateformes de streaming, qui ont derrière eux une œuvre littéraire, y ont contribué, et cela s’est vu par la demande plus intense qu’il y avait, par exemple, pour les mangas et les livres qui ont inspiré des séries à succès, a ajouté la personne. en charge.

Une autre conclusion « surprenante » à laquelle est parvenu l’APEL, à travers des conversations avec les différents éditeurs, était le « nombre de nouvelles personnes qui ont assisté à la foire », des étudiants universitaires aux jeunes de 14 à 17 ans, « des groupes énormes de gamins ».

La comparaison avec les années précédentes n’est pas possible, car le décompte n’a commencé que dans l’édition 2020, à cause de covid-19, mais dans une « quantification qualitative », il est possible de dire que cette année le nombre de visiteurs du salon a approché les valeurs à partir de 2018/2019, dans lequel on estime qu’entre 400 000 et 500 000 personnes ont participé à l’événement, sans aucune restriction d’entrée comme cette année.

AL // TDI

Le contenu de la Foire du livre de Lisbonne reçoit 350 000 visiteurs et dépasse les attentes – APEL apparaît en premier à Visão.