La Fédération nationale des enseignants (Fenprof) s’est à nouveau prononcée aujourd’hui contre les règles proposées par le ministère de l’Éducation nationale pour la mobilité pour cause de maladie et le renouvellement de contrat, ajoutant qu’elle demandera un complément de négociation sur le sujet.

« La Fenprof demandera bien sûr la négociation complémentaire, car il n’y a pas eu de changement et nous ne sommes pas d’accord avec ce que le ministère nous a présenté », a déclaré le secrétaire général.

S’adressant à l’agence Lusa à l’issue de la deuxième des deux réunions avec le ministère de l’Éducation, Mário Nogueira a regretté que la tutelle ait pour l’essentiel maintenu les deux propositions présentées il y a une semaine et qui ont été largement critiquées par les syndicats.

En jeu, la nouvelle réglementation de la mobilité pour cause de maladie, qui permet le placement d’enseignants souffrant de pathologies graves dans des écoles proches de leur domicile, et le renouvellement des contrats complets et incomplets.

Concernant le premier document, le leader de la Fenprof a rappelé que la proposition de l’exécutif « transforme la mobilité pour cause de maladie en une sorte de compétition » et a souligné que les enseignants dans cette situation ne peuvent pas être soumis à des postes vacants.

« Les règles actuelles peuvent être ajustées, nous ne pensons pas que ce qui est, est strictement correct, mais le régime qui vient doit prévoir des situations dans lesquelles les enseignants ne peuvent pas voyager et dans lesquelles ils ne peuvent pas avoir de cours assignés », a-t-il soutenu.

La proposition du ministère de l’Éducation nationale de réglementer la mobilité pour cause de maladie établit, par exemple, que seuls les enseignants placés dans les écoles situées dans un rayon de plus de 25 kilomètres, en ligne droite, de leur domicile peuvent demander la mobilité, et que les enseignants doivent continuer à avoir au moins moins six heures d’enseignement.

D’autre part, les enseignants sont placés en fonction du degré d’incapacité, de l’âge de l’enseignant et des préférences exprimées, le placement dépendant de la capacité d’accueil des écoles, qui sera de 10% du nombre total d’enseignants dans chaque groupement .

Selon Mário Nogueira, le ministère de l’Éducation a justifié les changements pour éviter les situations de fraude dans l’attribution de la mobilité pour cause de maladie, mais le dirigeant syndical affirme que la solution ne peut pas être de nuire à tous ceux qui en ont besoin.

« Ils vont faire une vérification sur le terrain, appeler des enseignants au hasard dans les communes où il y a une plus grande concentration d’enseignants en mobilité pour cause de maladie », a-t-il suggéré, ajoutant que « la concentration ne peut pas être considérée comme une preuve de fraude ».

En revanche, la Fenprof avance également que toute modification de la réglementation n’entrera en vigueur qu’à partir de la rentrée 2023/2024.

Concernant le renouvellement des contrats, complets et incomplets, Mário Nogueira a contesté l’argument présenté par le ministère de l’Éducation selon lequel le renouvellement des contrats offre aux enseignants une plus grande stabilité professionnelle.

« La stabilité ne s’obtient pas par la précarité. Au fond, le ministère propose une solution qui prolonge la précarité, donnant un air de stabilité apparente qui n’existe pas », a-t-il critiqué.

Le secrétaire général a également regretté que, dans la proposition, la tutelle ne permette même pas de compléter, dans le renouvellement, les horaires des enseignants initialement embauchés pour des horaires incomplets.

MYCA // ZO

Lusa/Fin