La famille de Nuno Santos, l’ouvrier qui, le 18 juin, a été mortellement renversé sur l’A6 par la voiture du ministère de l’Administration intérieure (MAI) où il suivait Eduardo Cabrita, demandera, en justice, au ministre, une indemnisation supérieur à un million d’euros. Chez VISION, l’avocat José Joaquim Barros a confirmé cette intention : « Je demanderai au tribunal une indemnité raisonnable, qui, dans un cas comme celui-ci, doit toujours être supérieure à un million d’euros ». L’avocat rappelle que la victime, Nuno Santos, 43 ans, était, au moment de l’accident, la seule source de revenus pour son ménage – toujours constitué par son épouse, 41 ans, et ses deux jeunes filles (âgées de 16 et 13 ans).

Si Eduardo Cabrita n’a pas suivi le volant de la voiture – une BMW Série 7 2011 –, José Joaquim Barros ne doute pas de tenir le ministre pour responsable des événements. « Je tiens pour responsable qui, aux termes de la loi, est vraiment responsable. En termes de responsabilité du risque, la loi ne tient pas exactement responsable le conducteur, mais celui qui a la direction effective du véhicule. Ce qui, dans ce cas, signifie qu’il est le chef de cette délégation, c’est-à-dire le ministre Eduardo Cabrita », dit-il.

La recherche traîne dans le temps

La décision intervient après deux mois et demi, à un moment où l’enquête sur l’accident est toujours en cours, s’il y a des nouvelles. Le GNR confirme seulement que l’enquête reste « en cours », et pour le moment, « il n’est pas possible de fournir des éclaircissements supplémentaires ». La police garantit toutefois qu' »elle a développé et développe, aux termes de la loi, toutes les démarches inhérentes à un processus d’enquête sur un accident de la route ayant fait des morts ». Le ministère public (MP) a également ouvert une enquête sur cette affaire. Le processus, qui est mené par la Direction des enquêtes et de l’action pénale (DIAP) d’Évora, attend le rapport final du GNR avant de poursuivre.

La loi ne tient pas exactement le conducteur responsable, mais celui qui est en charge du véhicule. Ce qui, dans ce cas, signifie qu’il est le chef de cette délégation, c’est-à-dire le ministre Eduardo Cabrita

José joaquim barros, avocat de la famille nuno santos

Face à ce silence, l’avocat de la famille a déjà annoncé qu’il demanderait la levée du secret de l’enquête sur l’accident – entre les mains du GNR et du MP – qui devrait arriver prochainement. José Joaquim Barros continue de considérer que le secret de la justice n’est pas justifié dans ce processus. « Quelles choses peuvent perturber une enquête sur un accident de la route ? », demande-t-il, ajoutant que, dans ce cas, « en plus des témoins, qui sont entendus dans l’enquête, les autres choses nécessaires sont juste le rapport d’autopsie et l’inspection du véhicule « . « Il n’y a donc aucune raison juridiquement correcte qui puisse déterminer la confidentialité de cette enquête », dit-il.

La compagnie d’assurance soutient la famille. Sécurité sociale… pas encore

L’épouse et les filles de Nuno Santos bénéficient, depuis juillet, d’une aide de la compagnie d’assurance contre les accidents du travail de la victime décédée. La compagnie d’assurance a accepté de verser au ménage une pension provisoire et des consultations psychologiques. « L’assureur accidents du travail de Nuno Santos se comporte très bien tout au long de ce processus », déclare José Joaquim Barros. L’avocat confirme toutefois que la famille de Nuno Santos n’a pas encore perçu un centime de la Sécurité sociale, ce qui va à l’encontre de la promesse faite deux semaines après l’accident par Eduardo Cabrita.

A l’époque, en marge de la cérémonie qui marquait le 154e anniversaire du PSP à Lisbonne, le ministre de l’Administration intérieure avait assuré que, « dans le cadre des fonctions de l’Institut de sécurité sociale, des indications ont été données pour prendre les contacts qui permettent d’alléger les mécanismes d’accompagnement juridique prévus dans ces circonstances ». Soixante jours plus tard, cependant, rien de nouveau ne se produisit.

VISION sait cependant que ce processus continue à faire l’objet d’une évaluation par les techniciens de la Sécurité sociale, et il est, en ce moment, proche de découvrir de nouveaux développements, qui devraient inclure l’attribution d’un soutien à la famille de Nuno Santos. .

Rappelons que l’accident s’est produit le 18 juin, vers 13 heures, au kilomètre 77 de l’A6 (vers Évora-Lisboa), l’autoroute qui relie Marateca à la frontière de Caia, à Elvas. L’alerte pour l’accident de la route a été donnée aux pompiers à 13h14. Nuno Santos, 43 ans, ouvrier d’une entreprise sous-traitée par Brisa, qui effectuait des travaux d’entretien de la route, a été renversé par le véhicule au service du ministère de l’Administration intérieure (MAI), et a été suivi par Eduardo Cabrita. La victime était toujours assistée, mais finirait par mourir sur le coup.

Le contenu La famille de la victime mortelle de l’accident de voiture du MAI demandera une indemnisation supérieure à un million d’euros à Eduardo Cabrita apparaît en premier dans Visão.