La bibliothèque de la Faculté des Arts de l’Université de Lisbonne (FLUL) recevra plus de 14000 volumes de la Bibliothèque Ultramarine, de l’ancienne Banco Nacional Ultramarino (BNU), a annoncé la Caixa Geral de Depósitos (CGD).

L’intégration de l’ancienne bibliothèque et de deux collections privées – par l’ancien ministre des Colonies et ancien président de la BNU Francisco Vieira Machado (1898-1972) et António Liz Dias, qui a dirigé la délégation du Fonds de promotion des exportations à Madrid et il était attaché commercial à l’ambassade du Portugal, entre autres fonctions – dans le cadre d’un accord de «transfert immédiat» signé entre le CGD et le FLUL.

Les deux collections privées sont constituées «d’ouvrages de référence sur des thèmes généralistes avec environ 8 000 ouvrages».

Selon CGD, la bibliothèque Ultramarine fait partie de la «collection documentaire et bibliographique de Caixa depuis 2001», lorsque Banco Nacional Ultramarino a fusionné avec CGD.

Cette bibliothèque était déjà opérationnelle dans les années 1960, et a commencé son activité de centre bibliographique pour le travail social, ayant sa création en tant que bibliothèque, pour les employés de banque, en 1962, la même source a expliqué à l’agence Lusa.

C’est une bibliothèque spécialisée, «composée d’environ 14 000 ouvrages de dimension historique et patrimoniale, avec des sujets d’une grande diversité comme l’histoire et la culture».

La bibliothèque comprend également des volumes sur «l’expansion maritime du Portugal et les relations avec les centres d’information couvrant des pays tels que l’Angola, le Mozambique, le Brésil, le Cap-Vert, São Tomé et Príncipe, la Guinée-Bissau, l’Inde, le Timor et le territoire de Macao, ainsi que comme les rapports de voyage, les études ethnologiques, les missions religieuses dans les territoires africains et orientaux et l’activité de la BNU, depuis la seconde moitié du XIXe siècle dans les anciennes colonies portugaises.

En outre, l’Overseas Library comprend des collections de Bulletins d’études économiques et d’Overseas General Bulletin, ainsi que des ouvrages sur «la littérature, la politique, l’histoire bancaire et économique, les sciences agraires, le droit, la biologie, l’anthropologie, l’ethnologie, la religion, entre autres».

Les ouvrages mentionnés ont été publiés entre le début du 19e siècle et la seconde moitié du 20e siècle, a souligné la même source, citant 1834 et 1997 comme balises chronologiques.

La collection de l’ancienne bibliothèque d’outre-mer « est très recherchée par la communauté scientifique, les professeurs, les étudiants, les chercheurs de maîtrise et de doctorat et les étudiants étrangers », compte tenu de « la richesse [informativa] qui se termine »et« est souvent mentionnée par les utilisateurs et les chercheurs dans le contexte »de leurs travaux.

Pour faciliter son accès, le CGD a décidé de le céder à la bibliothèque FLUL, « par dépôt » et « par la signature d’un contrat, avec la direction de la Bibliothèque d’Outre-mer qui sera assurée par la bibliothèque FLUL, qui sera en charge de «tous les besoins inhérents à son traitement et à son accès par la communauté scientifique».

La bibliothèque FLUL comprend une collection d’environ 700000 volumes imprimés, réunissant dans ses collections un bagage documentaire, bibliographique et archivistique, composé de plus de 50000 documents, dédiés aux thèmes d’outre-mer, particulièrement pertinents pour les études africaines, désormais augmenté avec le transfert de la bibliothèque d’outre-mer.

NL // TDI