Le déconfinement hokey-cokey au Portugal se poursuit aujourd’hui, le Conseil des ministres définissant les municipalités qui changent de place dans le processus de déconfinement: une va aller de l’avant, quatre en arrière et 10 ont été mises en alerte – ce qui signifie que si leur nombre ne s’améliore pas, elles aussi pourraient être jeté dans une autre version frustrante de «la nouvelle normalité».

D’abord aux municipalités qui reviennent en arrière – aux «règles d’avril» (c’est-à-dire à l’époque où les gens pouvaient s’asseoir dans les restaurants et les cafés): ce sont Arganil, Lamego, Montalegre et Odemira.

La paroisse assiégée d’Odemira, São Teotónio, a appris hier seulement qu’elle avait remporté sa candidature au tribunal pour être libérée des restrictions et «  rattraper  » la majorité des arrondissements (cliquez ici) bénéficiant actuellement de la liberté des restaurants / cafés ouverts, des heures d’ouverture du week-end, du fonctionnement centres commerciaux, etc.

La ministre de la présidence, Mariana Vieira da Silva, a toutefois expliqué que la décision du tribunal «ne s’applique plus» car tout l’arrondissement (d’Odemira) est contraint à reculer, donc São Teotónio – à force d’être une paroisse dans cet arrondissement – ne peut pas être tout différent.

Sur les 10 municipalités en état d’alerte, quatre se trouvent en Algarve et bénéficient actuellement d’un afflux de touristes étrangers. Ce sont Albufeira, Lagoa, Tavira et Vila do Bispo.

Les sept autres sont Castelo de Paiva, Golegã, Fafe, Oliveira do Hospital, Santa Comba Dão et Vila Nova de Paiva.

L’alerte vient du fait que tous les 10 enregistrent des numéros de cas au-dessus de la «ligne rouge» de 120 pour 100 000 habitants.

Quant à la commune qui peut enfin rejoindre la majorité du pays, c’est Resende, au nord.

Les nouvelles d’aujourd’hui surviennent au moment où le pays dans son ensemble s’ouvre au tourisme. Aucune mention de cela n’a été faite au Conseil des ministres en ce qui concerne les municipalités actuellement en alerte, mais il est clair que si de nouvelles restrictions sont introduites, cela changera la nature des vacances de milliers de personnes, en particulier en Algarve.

natasha.donn@algarveresident.com