Selon l’artiste Joana Vasconcelos, dans des déclarations à Lusa, la 1ère édition de « Reboot » est « un espace de débat et de réflexion sur l’état de l’art après la pandémie ».

« Au fond, il servira à faire une sorte de bilan du moment présent et de la situation dans laquelle nous vivons, en débattant de divers thèmes, tels que l’Art Public, l’Art et la Citoyenneté ou comment les artistes ont une intervention sociale », a-t-il déclaré.

La liste des participants comprend, selon le commissaire de la conférence, André de Quiroga, des intervenants venus de Chine, de France, du Brésil et d’Espagne.

Parmi les participants se trouvent les artistes Ai Weiwei et Xing Danwen, le collectionneur Sylvain Levy, l’artiste Jean Denant, le premier directeur du Musée Berardo, Jean-François Chougnet, le directeur du Musée du Musée d’Art Moderne du Centre Georges Pompidou, Bernard Blistène et le philosophe Gilles Lipovetsky.

Le critique d’art et commissaire d’exposition français Nicolas Bourriaud, co-fondateur des Palays de Tokyo à Paris, l’artiste Xing Danwen, qui a représenté la Chine à la Biennale de Venise 2006, le « président » de l’Europe continentale pour la banque de financement et d’investissement chez Citigroup, Luigi da Vecchi, le responsable de la saison culturelle Cruzada France Portugal 2022 Victoire Bidegain Di Rosa, la directrice de l’Académie royale espagnole à Rome, Angeles Albert, la responsable du projet d’art contemporain de la Bibliothèque du Vatican, Cristiano Grisogoni, l’artiste brésilien Sidival Fila, membre de la Ordre franciscain des frères mineurs, sont d’autres participants.

Le spécialiste de l’architecture et de l’urbanisme Jean Denant parlera d’un pont en France, un projet utilitaire qui interroge les stéréotypes de la relation entre les arts plastiques, l’ingénierie et l’architecture.

En raison de la situation actuelle, dans laquelle il existe certaines restrictions de circulation entre les pays, certains intervenants, tels que l’artiste Xing Danwen, participeront de manière virtuelle.

Parmi les différents débats, André de Quiroga a souligné celui qui réunira Joana Vasconcelos et Ai Weiwei, animé par le conservateur d’art espagnol Enrique Juncosa, et aura pour thème la responsabilité sociale des artistes.

André de Quiroga rappelle qu’en plus d’être artiste, Ai Weiwei est aussi une militante et que Joana Vasconcelos est très présente dans son travail sur les questions d’égalité des genres. Par ailleurs, le commissaire a rappelé que l’artiste portugaise a créé, en 2012, la Fondation Joana Vasconcelos, à travers laquelle elle attribue des bourses aux étudiants en art.

La conférence, a-t-il souligné, en plus de servir à « repenser l’avenir, l’écosystème des arts », tentera également « d’étendre la zone géographique d’influence de la fondation au marché que Joana a en tant qu’artiste, qui est un marché mondial ».

Le « Reboot : l’art au service de la durabilité de la planète » a lieu dans l’atelier de l’artiste, à côté du Tage, dans le quartier d’Alcântara, et sera accessible au public, qui pourra le regarder « en ligne », gratuitement .

L’inscription à la conférence peut être effectuée via le site Web officiel « Reboot ».

Le « Reboot » bénéficie du soutien du programme Garantir Cultura, visant à soutenir la création et la programmation artistiques dans tout le pays, avec l’objectif, selon le Gouvernement, de contribuer « à la relance du secteur », suite aux mesures restrictives des activités.

JRS // MAG