« Je ne suis pas trop pour regarder le passé, mais avec la circonstance de devoir s’arrêter, faire le point, à ce moment-là, ça avait du sens pour moi », a déclaré le créateur dans une interview à l’agence Lusa à propos de la nouvelle pièce. qui sera en scène au São Luiz Teatro Municipal, à Lisbonne, du 2 au 6 février.

La nouvelle œuvre – née d’un besoin « d’agir et de résister » – se déroule à un moment où Produções Real Pelágio, une association culturelle fondée en 1997 par Sílvia Real et Sérgio Pelágio, à la suite du travail que le chorégraphe et le musicien avaient développé in ensemble, fête ses 25 ans d’existence.

« L’idée de ce spectacle est partie sans buts concrets, lors du premier confinement [em 2020], parce que Real Plágio, l’association qui produit mon travail, était dans une impasse, sans soutien de la Direction générale des Arts [DGArtes], à l’époque, parce que nous avions été exclus du soutien durable, alors que nous étions éligibles, comme d’autres entreprises », a-t-il rappelé.

Dans ce contexte, Sílvia Real est entrée dans une « période de réflexion », qui « a servi à résoudre beaucoup de choses », dont la nécessité d’éteindre le Groupe 23 : Silence ! – composé de 17 enfants, adolescents et adultes – avec qui il travaille depuis huit ans, suite à un projet développé avec Escola A Voz do Operário, à Lisbonne, en tournée avec des spectacles dans tout le pays.

« J’étais dans une grande impasse, me demandant si je continuerais, en raison de la grande complexité du projet », a-t-il commenté à Lusa, évoquant que la décision était difficile et très émotionnelle, « mais sans soutien, cela n’aurait pas pu continuer ».

Rejetant la situation de confinement, et « rester chez soi enfermé dans une sorte de bulle protégée », le chorégraphe et danseur a résolu « une série de questions », et décidé de ré-explorer une idée de format solo, à des fins logistiques et des raisons financières, et s’est installé dans un studio, au Teatro da Voz, à Graça, à Lisbonne, pour enquêter seul.

« Une idée qui m’était très présente était le chant. Je ne suis ni chanteur ni musicien, mais j’ai toujours eu cette passion, et dans certains spectacles précédents, j’ai aussi chanté. J’ai joint cette enquête sans but à cette envie de chanter », a déclaré le danseur, qui a également été « obligé de vider un hangar d’accessoires et de costumes » accumulé pendant trente ans de carrière artistique.

Dans cette « confrontation de fantômes, de costumes et d’accessoires très forts, décider ce qui allait se perdre et ce qui ne l’était pas a été difficile, et a duré des mois », car il a fait le choix de profiter de ce qu’il pourrait utiliser un jour, « avec imagination ».

Sílvia Real s’est rendu compte que « c’était un énorme héritage qui était là », et toutes ces coïncidences ont abouti à une idée : créer un spectacle avec du son, des chansons d’une vie, pour un concert.

Peu de temps après, un soutien de la DGArtes a émergé dans le contexte de la pandémie, pour toutes les candidatures d’artistes, et la créatrice a décidé qu' »elle ne pourrait plus être en solo », sur scène, et « devrait, faute de travail, inviter les gens à participer à l’événement. travailler » sur la nouvelle émission.

« Je suis une personne d’action, j’aime être avec les gens, confronter des idées différentes, travailler à deux », a justifié le créateur qui, tout au long de la pandémie, s’est impliqué dans Ação Cooperativist, un groupe informel d’artistes et d’agents culturels qui formé en avril 2020 pour «unir, en valorisant la diversité, les travailleurs des arts et de la culture au Portugal», à travers diverses initiatives de réflexion et d’aide dans un contexte de crise.

Traversant des moments difficiles pour les artistes, Silvia Real a fini par faire le point sur son parcours artistique qui lui a servi à se remettre en question « et à essayer de trouver quelque chose de différent, en risquant quelque chose que je n’avais jamais fait » jusqu’à présent.

Il rejoint ensuite le chorégraphe Francisco Camacho – qui signe également la chorégraphie -, Sofia Sequeira, responsable de la musique de la pièce, et la chercheuse dans le domaine de l’éducation et des droits humains Simone Longo de Andrade, avec qui il sélectionne des textes.

Pour la scène, Sílvia Real a invité les jeunes danseurs Beatriz Valentim et Magnum Soares, interprètes et co-créateurs du spectacle « Concerto n. Février au Teatro-Cine de Torres Vedras, et au Cine-Teatro Avenida, à Castelo Branco, à une date à préciser.

Interrogée par Lusa sur la situation actuelle des arts de la scène, après deux ans de pandémie, Sílvia Real a indiqué qu ‘«il y a beaucoup de gens qui travaillent, et avec de nouveaux projets, mais les théâtres [do país] ont des retards dans l’organisation des programmes dus aux arrêts des confinements ».

« Nous sommes dans une période d’adaptation qui va mettre du temps à s’apaiser », prédit la chorégraphe, qui a présenté le spectacle pour enfants « A Laura Quer ! », au Théâtre national Dona Maria II, à Lisbonne, et au Cine- Teatro Avenida, à Lisbonne Castelo Branco, en 2019.

Dans ce nouveau spectacle, où le personnage de Laura est à nouveau « une énigme », la chanson évoque « des héroïnes et des héros, des groupes, des chanteurs et chanteuses que j’admirais depuis mon plus jeune âge, et qui étaient chargés de se mettre à danser, de vouloir be a dancer », se terminant par un hommage « plus personnel ».

Côté textes, on retrouve une sélection axée sur l’activisme et la volonté de promouvoir « l’union, le combat et l’utopie », avec la volonté « d’agir, de réagir, de résister, de réexister, de rester dans le présent et de répéter le désir ». d’un nouveau monde et de nouvelles façons de vivre ensemble », défend le chorégraphe.

Dans cette lignée, des textes ont été choisis par Gloria Jean Watkins, plus connue sous le pseudonyme de bell hooks, auteure, professeure et théoricienne féministe américaine, artiste et militante antiraciste, décédée en décembre dernier, à l’âge de 69 ans, la leader militante écologiste indigène brésilienne Ailton Krenak, et le romancier et essayiste américain James Baldwin, qui a écrit un jour : « Tout ce à quoi nous sommes confrontés ne peut pas être changé. Mais rien ne peut être changé jusqu’à ce qu’il soit affronté.

AG // MAG

Le contenu La chorégraphe Sílvia Real visite trois décennies de références dans ” Concerto n.º 1 para Laura” apparaît d’abord dans Visão.