S’exprimant à Gondomar, lors d’un rassemblement de soutien au maire et candidat à un nouveau mandat, Marco Martins, António Costa a une nouvelle fois répondu aux partis – PSD en tête – qui lui ont reproché, lors de la campagne des municipales autorités du 26 prochain, pour parler des millions du Plan de relance et de résilience (PRR).

« J’ai du mal à comprendre la colère que certains partis manifestent envers le Plan de relance et de résilience et je dois dire ceci : le PS ne gagnera pas les 308 communes. Certains seront sûrement gagnés par d’autres partis. Mais la grande chance de ces partis, c’est qu’ils n’ont pas leurs partis au Gouvernement car, s’ils l’avaient, ils n’auraient pas de PRR et, au contraire, ils n’auraient pas les moyens de faire ce que toutes les communes pourront faire faire », a-t-il souligné.

Évoquant que les fonds du PRR permettent de répondre à « certains des problèmes structurels que connaît le pays » – comme le logement abordable ou l’investissement dans les équipements sociaux -, le Premier ministre a également rappelé, cependant, que « les fonds communautaires ne sont épuisés dans le PRR ».

« Le PRR est un complément, un complément très fort pour que nous puissions faire plus après la terrible crise à laquelle nous sommes confrontés », a-t-il souligné.

Le secrétaire général du PS a ainsi souligné que, « dans le cadre des caisses communautaires normales », le Gouvernement a travaillé « avec une grande proximité avec les intercommunalités et les aires métropolitaines » en vue de décentraliser les compétences.

« C’est grâce à cet effort commun […] qu’aujourd’hui nous avons le pass unique qui est déjà une réalité ici dans la zone métropolitaine de Porto. C’est grâce à cet effort que nous développons déjà le réseau du métro de Porto, avec certaines lignes déjà en construction, que nous avons municipalisé la Société de transport collectif de Porto (STCP) et que la STCP a passé des accords avec les municipalités de la couronne métropolitaine », a-t-il déclaré.

Sous les applaudissements du public, António Costa a souligné qu’« il faut faire plus et mieux », et s’est engagé à, « dans le prochain cycle de financement communautaire », qui aura lieu au cours des sept prochaines années, pour construire un « nouveau ligne qui reliera Gondomar à Estádio do Dragão, reliant définitivement Gondomar à la ligne de métro de toute la première couronne métropolitaine ».

« Et c’est ainsi qu’en continuant à travailler ensemble, en nous gardant sur la bonne voie, nous pourrons assurer l’avenir. Et il faut continuer sur la bonne voie, sur la voie qui, au niveau national, nous a permis de parier sur la décentralisation, qui nous a permis de négocier un PRR en Europe, qui nous permet de définir en priorité la mise en œuvre du PRR. , a-t-il souligné.

Ces derniers jours, PSD, PCP, BE, CDS-PP, PAN et Chega ont critiqué António Costa pour avoir promis des millions du PRR aux municipalités pendant la campagne pour les élections municipales.

Mardi, le leader social-démocrate Rui Rio a déclaré dans la Garde qu' »il n’est pas correct de mélanger le rôle de premier ministre avec celui de secrétaire général du PS dans la campagne » en parlant des millions du PRR.

« Le Premier ministre, le PS n’ont fait que tendre la main aux différents conseils et dire qu’ils ont je ne sais combien de millions là-bas », a encore critiqué jeudi Rui Rio.

António Costa a consacré aujourd’hui sa journée de campagne au district de Porto, après avoir couvert huit municipalités.

Après avoir déjà été présent dans des actions de campagne à Marco de Canaveses, Penafiel, Valongo, Maia, Matosinhos et Gondomar, le secrétaire général du PS finira sa journée à Vila Nova de Gaia.

TA // ROC

Le contenu chanceux des partis qui montrent de la « colère » contre PRR est « de ne pas être au gouvernement » – Costa apparaît en premier à Visão.