«La municipalité de Lisbonne est bien préparée pour affronter les temps difficiles auxquels on peut s’attendre dans l’après-pandémie [de covid-19], car il a réussi à réduire à nouveau les passifs au 31/12/2020, augmentant ainsi la capacité d’endettement, si nécessaire, pour faire face aux années difficiles à venir », souligne le bureau du maire adjoint de Lisbonne, João Paulo Saraiva, dans un déclaration envoyée à l’agence Lusa.

La commune a précisé qu’en 2020 elle avait atteint «une nouvelle valeur minimale de ses dettes imputables, 328 millions d’euros, diminuant ce montant de 21 millions d’euros» par rapport à 2019.

Le passif total de la commune, présidée par Fernando Medina (PS), a diminué de 52 millions d’euros en 2020 par rapport à l’année précédente, « s’élevant à 676 » millions d’euros.

Selon le rapport et les comptes de la municipalité présentés l’année dernière par le vice-président de l’autarcie et conseiller aux finances, João Paulo Saraiva, le passif total de la Chambre était de 867 millions d’euros en 2019, et le passif dû (sans prévisions et octroi) 381 millions.

Cependant, explique l’autarcie dans la note, «les comptes communaux 2020 reflètent déjà le changement de système comptable dû aux nouvelles règles légales pour toutes les institutions publiques […] et qui impliquent des reclassements dans certains postes », à savoir dans le total des passifs et des dettes à payer.

« A titre de comparaison des chiffres, les chiffres de 2019 présentés ici suivent également la même classification comptable, afin de permettre une appréciation de l’évolution d’une année sur l’autre », ajoute-t-il.

La dette envers les fournisseurs, qui s’élevait en 2019 à 800 milliers d’euros, est passée à 2,8 millions d’euros en 2020.

La commune rappelle que la dette envers les fournisseurs a atteint une valeur maximale de 459 millions d’euros en 2006.

Concernant le délai moyen de paiement (PMP), il est passé d’un jour (2019) à deux jours (2020).

«Le PMP avait sa valeur maximale au 31/12/2006, avec 324 jours, et il a également été réduit au cours de ces années, s’étant stabilisé à un montant toujours inférieur à cinq jours, de 2015 à aujourd’hui», ajoute la municipalité de Lisbonne.

«Cette stratégie de gestion des comptes nous permet donc de maintenir non seulement les investissements qui sont réalisés en termes de protection contre les effets de la pandémie et ses conséquences sociales, mais aussi de maintenir le plan d’investissement pour les années à venir déjà annoncé, qui vise à encourager l’économie et l’emploi dans cette phase de préparation à la sortie de la pandémie », se défend la Chambre.

Les comptes définitifs de l’année dernière, qui seront «présentés prochainement», sont «affectés par une baisse naturelle des recettes et une augmentation des dépenses pour faire face aux effets de la pandémie, obligeant à utiliser des réserves pour imprévus».

Malgré tout, la Chambre de Lisbonne considère que ses comptes sont «en bonne santé» et que la municipalité a réussi, en 2020, à maintenir «la trajectoire de bonne santé financière».

TYS // VAM

Le contenu Câmara de Lisboa se termine en 2020 avec un passif de 676 ME, 52 ME de moins que l’année précédente, il apparaît en premier à Visão.