Selon la secrétaire générale d'Intersindical, Isabel Camarinha, il s'agit de la principale décision du Conseil national, qui s'est réuni pour la première fois depuis le congrès central, qui s'est tenu les 14 et 15 février, en raison des contraintes imposées par la lutte contre la pandémie. de covid-19.

La Semaine nationale de lutte se déroulera du 22 au 26 juin, avec des plénières, des rassemblements, des marches, des grèves et des tribunaux publics dans tous les secteurs et régions du pays.

«Le Conseil national a rejeté la politique d'aggravation de l'exploitation et de l'appauvrissement, la baisse des salaires et les droits fondamentaux et a pris l'engagement de mener une vaste action pour clarifier, mobiliser et combattre, renforcer l'unité des travailleurs, leur syndicalisation et organisation, donnant plus de force aux syndicats, pour garantir la valorisation du travail et des travailleurs et des réponses aux problèmes du peuple et du pays », a déclaré l'agence Lusa Isabel Camarinha.

Selon le dirigeant syndical, la semaine de lutte marquée est donc un moyen de "défendre la santé et les droits des travailleurs, l'emploi et les salaires".

Lors de la réunion d'aujourd'hui, le Conseil national (CN) de l'Inter a analysé la situation politico-syndicale actuelle et "a défendu que des réponses efficaces aux problèmes des travailleurs soient apportées".

"Le CN a estimé que les mesures qui devraient être prises aujourd'hui par le gouvernement doivent garantir la totalité des revenus des travailleurs, même pour promouvoir la consommation et la reprise économique", a déclaré à Lusa le secrétaire général d'Intersindical.

Les conseillers ont également exigé des mesures pour résoudre les principaux problèmes actuellement ressentis sur le lieu de travail, tels que la nécessité d'un transport adéquat, le respect des horaires et le droit aux vacances.

Il a également été décidé que, dans le cadre du 50e anniversaire de la CGTP, Interjovem organiserait un pique-nique à Lisbonne le 4 juillet sous la devise «50 ans de jeunesse – contre la précarité et les bas salaires», qui sera «un moment de partage, de convivialité, d'exigence et de lutte pour le travail avec les droits ».

Cette fois, la réunion du CN ne s'est pas tenue dans l'auditorium du siège de la CGTP, comme d'habitude, et s'est tenue dans la salle Voz do Operário pour maintenir la distance sociale entre les 147 membres de cet organe.

Cependant, tous les éléments du Conseil national n'étaient pas présents en raison de diverses impossibilités, notamment celles des régions autonomes, avec environ 80 membres des syndicats présents.

RRA // JNM

Lusa / FIM