L’Association portugaise des entreprises cinématographiques (APEC) a averti aujourd’hui que la carte de l’exposition cinématographique pourrait « se rétrécir assez sensiblement » à cause de la pandémie, et estime pour cette année une baisse de 50% des revenus.

A deux semaines de la réouverture des cinémas, théâtres et autres théâtres, prévue le 19 sur la portée du calendrier de déconfinition, l’APEC et l’Association portugaise pour la défense des œuvres audiovisuelles (FEVIP) ont été entendues aujourd’hui en commission parlementaire de la communication culturelle, suite aux auditions requises par le PSD pour écouter les représentants du secteur culturel.

«Nous avons une date d’ouverture avec d’immenses restrictions, au moins dans les 15 premiers jours, et cela posera des problèmes supplémentaires à une activité qui est représentée du nord au sud du pays, 365 jours par an, et dans laquelle il y a un risque élevé de réduire son offre cinématographique aux Portugais de manière très substantielle », a déclaré Paulo Aguiar, de la direction de l’APEC.

Les salles de cinéma sont fermées depuis mi-janvier et rouvriront avec les mêmes règles de fonctionnement définies en 2020 par la direction générale de la santé: Distanciation, port de masque, nettoyage des espaces et fermeture obligatoire à 22h00 en semaine et à 13 h le week-end. L’interdiction de vendre de la nourriture et des boissons sera également maintenue.

Ces restrictions, qui obligent à supprimer les sessions «prime time» et à réduire les revenus provenant, par exemple, de la vente de pop-corn, «ont un impact énorme» sur les revenus des exposants représentés par l’APEC, a déclaré Paulo Aguiar.

Selon les dernières données de l’Institut du cinéma et de l’audiovisuel (ICA), l’exposition de cinéma au Portugal en 2020 comptait 561 écrans, dont la plupart dans des complexes cinématographiques – multiplex – dans les centres commerciaux et dans les plus grands centres urbains.

« Cette présence nationale peut être en jeu et les endroits les plus touchés par la fermeture des chambres seront les endroits de l’intérieur où la demande est plus faible », a déclaré Paulo Aguiar.

Selon l’ICA, avec la pandémie de covid-19, l’exposition cinématographique au Portugal a subi, en 2020, une baisse de 75,55% d’audience et de revenus par rapport à 2019, pour un total de seulement 3,77 millions de téléspectateurs et 20,4 millions d’euros.

«L’exploitation du cinéma repose sur une entreprise à très fort flux de personnes, alors seulement est-elle économiquement viable», a corroboré le directeur général de l’Association portugaise pour la défense des œuvres audiovisuelles (FEVIP), Paulo Santos, dans le même audition parlementaire.

Avec ces restrictions, l’APEC estime cette année une baisse d’au moins 50% des revenus des exposants.

En février dernier, Paulo Aguiar avait révélé à l’agence Lusa qu’entre 300 et 400 personnes seraient au chômage avec la réduction d’activité et la fermeture temporaire des salles de cinéma, depuis le début de la pandémie.

Selon l’APEC, entre 1 500 et 1 600 personnes travaillent directement ou indirectement dans le secteur de la projection cinématographique, mais la réduction de l’activité dans les salles de cinéma et les deux périodes de fermeture temporaire ont conduit «entre 300 à 400 personnes ont peut-être quitté cette entreprise».

Si elles ont pu bénéficier d’un soutien transversal à l’économie, à savoir le régime du «licenciement», les deux associations ont rappelé aujourd’hui aux députés que les entreprises qu’elles représentent voulaient, et n’obtenaient pas, un soutien spécifique aux exploitants cinématographiques.

«Cette activité s’est battue pour obtenir une ligne de crédit spécifique de huit millions d’euros de fonds non remboursables qui lui aurait permis de faire face aux dépenses courantes», a déclaré Paulo Santos, de la FEVIP.

Concernant la reprise de l’activité dans l’exposition de cinéma commerciale, Paulo Santos a déclaré que ce n’est qu’avec «l’immunité de groupe et la vaccination de masse que les gens auront moins peur d’aller au cinéma. (…) Il doit y avoir des mesures de test massives pour le personnel du cinéma. Le dépistage et la vaccination sont la solution au problème ».

Lors de l’audition parlementaire, il a également été laissé l’appel d’allouer 2% des fonds du plan de relance et de résilience au domaine de la culture.

L’APEC représente 90% des sociétés exposantes de cinéma au Portugal, telles que NOS Lusomundo Cinemas – leader du marché -, Cineplacec, NLC – Cinema City, UCI Cinemas et Socorama.

FEVIP représente des entreprises qui produisent et distribuent des jeux audiovisuels et vidéo, telles que Cinemundo, Sport TV, NOS Lusomundo Audiovisuais et PRIS Audiovisuais.

SS // MAG

Le contenu de la carte de l’exposition cinématographique peut «rétrécir considérablement» apparaît en premier dans Vision.