Avec un programme culturel intégré dans le cadre des célébrations de la Journée du Portugal, le festival de Maputo s’ouvre le 15, à 18h00 heure locale, avec la projection du film « Fado », de Sofia Portugal et Aurélio Vasques, au Centro Cultural Português.

La performance de Katia Guerreiro aura lieu le 17, à 19h00, au Cine-Teatro Scala.

Le lendemain, à 12h00, l’exposition de photographies « O Fado e o Mar », organisée par le Musée du Fado, s’ouvre à l’École portugaise du Mozambique et, à 14h30, heure locale, à l’auditorium Carlos Paredes, sur le Dans les locaux des écoliers, le guitariste Pedro de Castro présente un « atelier » sur la guitare portugaise.

Le même jour, le 18 juin, à 15h30, heure locale, et également dans l’auditorium Carlos Paredes, un autre « atelier » sur les paroles de fado est présenté, avec le livre-CD « Brincar aos Fados » comme devise, publié le le dernier jour le 1er juin au Musée du Fado.

La journée se termine à 17h30 avec un spectacle de Hélder Moutinho également dans cette école.

Katia Guerreiro et Hélder Moutinho sont accompagnés sur scène par les musiciens Pedro de Castro, à la guitare portugaise, André Ramos, à l’alto, et Francisco Gaspar, à la basse.

Le CD-livre « Brincar aos Fados » est un projet musical du Musée du Fado, dans le but de « faire connaître le fado aux enfants de 6 à 12 ans », « d’une manière légère et amusante, mais avec une composante formative ». », a expliqué le Muséum.

Tous les thèmes sont illustrés par l’écrivain et dessinateur Bruno Matos et le CD est le résultat d’une idée du chanteur de fado Rodrigo Costa Félix, qui a produit et enregistré « A Mais Linda das Canções », en Fado Modesto, de Júlio Proença, avec la participation des chanteurs de fado Duarte, Tânia Oleiro, Pedro Moutinho et Miguel Ramos, entre autres.

Le musicologue Rui Vieira Nery, à propos de ce projet, souligne, au dos de l’ouvrage, qu’il est « profondément original », en « proposant un fado dont le lyrique peut pouvoir entrer dans l’imaginaire des enfants ».

Katia Guerreiro est née il y a 46 ans en Afrique du Sud, pays frontalier du Mozambique, et s’est fait connaître comme chanteuse de fado après une invitation des musiciens Paulo Parreira et João Mário Veiga, avec l’édition de l’album « Fado Maior » (2001).

Hélder Moutinho, 53 ans, a commencé à chanter du fado à 24 ans et fait partie de ce que les critiques musicaux spécialisés ont déjà appelé la « génération inclinée du fado », étant le frère de deux autres chanteurs de fado, Camané et Pedro Moutinho.

En plus du chant, Hélder Moutinho est poète et dirige un programme « gastronomique et artistique » dans la maison où vécut et mourut la chanteuse de fado Maria Severa (1820-1846), dans le quartier lisboète de Mouraria.

Plusieurs fadistas ont enregistré leurs propres poèmes, comme Marco Oliveira, Maria Amélia Proença et Joana Amendoeira.

Le Festival de Fado fait partie du programme de célébration de la Journée du Portugal, de Camões et des Communautés portugaises (10 juin) et selon l’organisation, il est dédié « non seulement à la communauté portugaise résidant au Mozambique mais, surtout, aux Mozambicains qui apprécient ce style musical », considéré comme patrimoine de l’humanité », par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

L’initiative « Festival do Fado » a eu lieu dans plusieurs pays, présentant toujours un programme qui, en plus de la performance des chanteurs de fado, comprend des « ateliers », des expositions, des projections de films et des conférences, avec le fado comme thème central.

Les 25 et 26, il aura lieu à Madrid, également avec la participation de Katia Guerreiro. En juillet, il aura lieu à Barcelone et dans la co-principauté d’Andorre.

NL // MAG