La Jeunesse Social-Démocrate (JSD) a défendu ce lundi la création d’une structure organique indépendante pour superviser l’exécution du Plan de Relance et de Résilience (PRR), qui comprend des représentants de la Cour des comptes (TdC) et du ministère public.

Dans cette structure, la JSD souhaite également voir des éléments de l’Unité d’Appui Technique Budgétaire (UTAO), de l’Inspection Générale des Finances et des organisations non gouvernementales spécialisées.

JSD soutient que «toutes les informations sur les investissements contractuels, de la phase d’évaluation des besoins aux résultats de l’exécution» et les paramètres d’analyse des performances doivent être publiés sur le Portail de la Transparence, afin qu’ils puissent être surveillés, demandant également le renforcement des moyens de mise en œuvre du TdC.

Parallèlement à l’exécution des fonds européens «sans transparence et sans corruption», la Commission politique JSD a énuméré deux autres priorités pour son application: «une vision réformiste pour créer un pays pour les nouvelles générations» et la préparation du pays «à moins de dépendance» dehors.

«Nous ne pouvons pas gaspiller une autre opportunité de rompre avec la stagnation, de mettre en marche l’ascenseur social et de construire un pays où chaque jeune a une chance, au lieu d’une montagne d’obstacles et de difficultés dans sa vie», déclare Alexandre Poço, président de JSD , dans une déclaration de la Commission politique de cette structure autonome du PSD.

En tant que priorité pour les jeunes, JSD demande que les fonds soient utilisés pour lutter contre les «blocages structurels» qui affectent les plus jeunes.

«Les jeunes sont ceux qui ont le plus à perdre avec une mauvaise utilisation des fonds européens, compte tenu de la nécessité de réformes et de changements structurels dans la société et l’économie portugaises, dans des domaines qui affectent leur vie: la qualité de l’apprentissage, l’accès au marché du travail , des salaires bien payés, la transition numérique et environnementale, le coût du logement et la chance de pouvoir s’émanciper au plus vite », plaide-t-il.

D’autre part, la jeunesse social-démocrate demande au gouvernement d’adopter «sa propre stratégie qui ne dépend pas seulement d’une dépendance totale à l’égard des fonds européens», et de définir un plan décennal «avec des objectifs intermédiaires à atteindre annuellement». .

Dans ce chapitre, JSD demande que les fonds européens soient canalisés «pour stimuler le PIB national, de sorte que dans un délai raisonnable, il soit possible de converger avec les niveaux d’investissement public national de la moyenne européenne» et d’investir davantage dans des activités à haute productivité et haute valeur ajoutée.

«JSD regrette qu’après tant d’années d’intégration européenne, le Portugal n’ait pas dûment profité de l’aide financière européenne pour améliorer la croissance économique à moyen et long terme. La réalité est qu’après plus de trois décennies et demie d’application des Fonds au Portugal, pour un montant total de plus de 100 milliards d’euros, la convergence vis-à-vis de la moyenne européenne est aujourd’hui un mirage de plus en plus lointain », critique cette structure.

Le Portugal a livré la version finale du PRR le 22 avril, devenant ainsi le premier État membre à présenter ce document à Bruxelles.

Le PRR a une période d’exécution jusqu’en 2026 et prévoit un ensemble de réformes et d’investissements pour stimuler la croissance économique.