L’ancien vice-président du PSD, Jorge Moreira da Silva, présente aujourd’hui sa candidature à la direction du parti, dans un espace à Monsanto (Lisbonne), environ une semaine après avoir confirmé qu’il participerait aux élections directes du 28 mai.

La séance d’introduction est prévue à 11h00, suivie des questions des médias.

Jeudi dernier, Jorge Moreira da Silva a annoncé, dans un communiqué, sa candidature à la direction social-démocrate, notant qu’il avait déjà démissionné de son poste de directeur de la coopération au développement à l’OCDE, poste qu’il occupait depuis 2016, à Paris.

« Je postule à la direction du PSD par sens des responsabilités – compte tenu des circonstances difficiles auxquelles le Portugal et le PSD sont confrontés – et encouragé par la ferme conviction que je suis porteur d’un projet capable de renouveler le PSD, en libérant le potentiel pour une croissance durable au Portugal et faire en sorte que les Portugais retrouvent pleinement leur droit à l’avenir », a justifié l’ancien ministre de l’Environnement.

La présentation publique était initialement prévue lundi en fin d’après-midi, mais a été reportée en raison des funérailles de l’actrice Eunice Muñoz, qui ont eu lieu entre ce jour et mardi.

Moreira da Silva est le deuxième candidat à succéder à Rui Rio aux élections directes du PSD, après que l’ancien chef parlementaire du PSD Luís Montenegro est apparu publiquement dans la course il y a environ deux semaines.

Ce sera la première candidature de Jorge Moreira da Silva à la présidence du PSD, contrairement à Luís Montenegro, qui se présentera pour la deuxième fois, après avoir perdu face à Rui Rio en janvier 2020, lors d’un second tour sans précédent au sein du parti.

Moreira da Silva a 50 ans, a été leader de la Jeunesse social-démocrate (entre 1995 et 1998), députée, eurodéputée et première vice-présidente du PSD, sous la direction de Pedro Passos Coelho, après avoir été ministre de l’Environnement dans son gouvernement, Aménagement du Territoire et Énergie.

Jorge Moreira da Silva préside la plate-forme « think-tank » pour la croissance durable, qu’il a fondée il y a 10 ans et qui rassemble environ 500 personnes de différents horizons.

En septembre de l’année dernière, il a présenté un livre intitulé « Droit vers l’avenir » dans lequel il défendait qu’il fallait discuter de « moins de partisanerie et de plus de politiques publiques », et qu' »un leader doit être un leader serviteur ».

Il a été directeur du domaine Economie énergétique et changement climatique du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), secrétaire d’Etat adjoint auprès du ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, secrétaire d’Etat adjoint auprès du ministre des Sciences et de l’Enseignement supérieur. et consultant du président de la République Cavaco Silva dans les domaines de la science, de l’environnement et de l’énergie, entre 2006 et 2009.

Il a reçu le Grand Officier de l’Ordre de l’Infant D. Henrique, décerné par ce chef d’État, et la Mention élogieuse du Mérite Civil, décernée par le Roi d’Espagne.

L’actuel président du PSD, Rui Rio, en poste depuis janvier 2018, a déjà annoncé qu’il quitterait la direction du parti après la défaite aux législatives du 30 janvier. Des élections directes pour choisir son successeur étaient prévues au Conseil national le 28 mai et le Congrès aura lieu entre le 1er et le 3 juillet, à Porto.

La date limite de dépôt des candidats à la direction du PSD est le 16 mai, et ceux-ci doivent, comme d’habitude, être signés par un minimum de 1 500 militants et être accompagnés d’une proposition de stratégie globale et du budget de campagne.

En dehors de la course, des noms tels que Paulo Rangel, Carlos Moedas, Poiares Maduro, Ribau Esteves, Miguel Pinto Luz ou Pedro Rodrigues ont été ajoutés.