On savait sans surprise que Jerónimo de Sousa continue
à la tête du Parti communiste portugais (PCP), réélu, ce samedi soir,
par le nouveau Comité central du parti lors du XXIe Congrès, dans le pavillon de
Amitié, à Loures. Cependant – contrairement à ce qui s'est passé pendant le
quatre élections précédentes – il y a eu un vote contre.

Ceci en plus du fait que Jerónimo de Sousa n'a pas voté pour lui-même, comme cela a été le cas depuis qu'il a été élu secrétaire général du parti en 2004, à l'époque avec quatre abstentions.

Depuis ces quatre abstentions, il y a 16 ans, le leader a été
toujours élu à l'unanimité. Il n'a jamais reçu de vote contre.

Une autre nouveauté est l'entrée du député européen et candidat du PCP à la présidence de la République, João Ferreira, au Comité politique du Comité central. Élu, également samedi soir, pour les quatre prochaines années, João Ferreira est nommé successeur éventuel de Jerónimo de Sousa.

Au total, il y a maintenant 24 membres de l'organe de décision politique du PCP, trois de plus que lors du mandat précédent. Belmiro Magalhães, Carina Castro, Paulo Raimundo et Ricardo Costa rejoignent également ce comité.

«Nous ne sommes pas ici pour
terme daté, ni en période d'essai "

Le Congrès s'est terminé ce dimanche à midi par un discours
Jerónimo de Sousa, où il a clairement indiqué qu'il voulait assumer
jusqu'à la fin de ce mandat, après des doutes sur sa permanence dans le
Bureau. "Nous ne sommes pas ici avec un mandat daté, ni une période d'essai", a-t-il déclaré.

Le leader est également revenu sur l'accusation contre le PS – un thème transversal à
grande partie des discours prononcés pendant les trois jours du Congrès – tirant
pour vous les victoires remportées dans le budget de l'Etat pour 2021. «S'il y a des avancées,
tout le monde a la marque, la contribution, du PCP ».

«C'est une partie nécessaire et indispensable pour construire
un avenir de progrès et de développement », a-t-il poursuivi, profitant de l'occasion pour
justifier, une fois de plus, la tenue de ce Congrès dans l'une des communes les plus
taux d'incidence des cas de covid-19: «les droits sont défendus en les exerçant».

Il est allé plus loin: «s'il y a un enseignement à tirer du congrès
du PCP, c'est qu'il n'y a pas de difficulté insurmontable à garantir le
l'insécurité sanitaire et l'exercice des droits et libertés », a pris fin
Jerónimo de Sousa, en réponse aux nombreuses critiques sur la réalisation de la
un événement.

Le contenu Jerónimo de Sousa réélu secrétaire général du PCP avec un vote contre apparaît en premier à Visão.