1-1-e1669908198824-png
leitor_612894ea22b46_isaltino-morais-2059741-3167949-png

Isaltino Morais dit que les perquisitions respectent l’enquête qui se poursuit depuis 2018

Dans un communiqué transmis aux rédactions, Isaltino Morais (indépendant) confirme que « des perquisitions ont été menées aujourd’hui » dans la commune, notant que « tout le soutien nécessaire a été apporté au bon déroulement de celle-ci ».

Selon le maire, l’opération d’aujourd’hui est liée à d’autres perquisitions effectuées le 6 juin 2018 concernant le « projet Porto Cruz (Plan détaillé pour Margem Direita et Foz do Rio Jamor), dont l’approbation date du 15 avril 2014 ».

Selon un communiqué publié en 2018, le projet en question « a eu sa première délibération en conseil municipal le 11 mai 2004, lors de l’approbation des termes de référence du projet ».

« Aux deux dates [2004 e 2014]l’actuel président de la Chambre n’a pas exercé de fonctions dans la municipalité d’Oeiras », souligne la note.

A l’époque, le communiqué précisait que la seule décision du conseil dans ce domaine, prise pendant la période où Isaltino Morais travaillait dans la municipalité, « date du 13 janvier 2010, concernant la ‘proposition envoyée par Silcoge de conclure un contrat pour le exécution du Plan de développement appelé Porto Cruz – Rive Droite de Foz do Rio Jamor’”.

« Depuis lors, aucune décision n’a été prise par les organes municipaux à ce sujet », souligne Isaltino Morais dans la note datée d’aujourd’hui.

« À propos des relations que j’entretiens avec les partisans des candidats du PSD, je peux seulement dire que nous ne pouvons être confrontés qu’à une fabulation. Nous sommes en 2022, je ne suis plus militant du PSD depuis 2005″, a-t-il précisé.

La police judiciaire a effectué aujourd’hui « 25 perquisitions domiciliaires et non domiciliaires dans deux conseils municipaux, un conseil paroissial, dans treize entreprises et dans neuf résidences, toutes situées dans la zone métropolitaine de Lisbonne », a indiqué la PJ dans un communiqué.

« Il s’agit d’une enquête dont le but est de déterminer l’éventuelle pratique du crime de corruption active et passive pour un acte illicite, de participation économique à une entreprise et de malversation », peut également lire la note, qui ne précise pas laquelle les municipalités sont impliquées.

Une source liée au procès a déclaré que l’autre chambre où des perquisitions ont été menées est celle d’Odivelas.

La chaîne de télévision CNN Portugal a avancé ce matin qu’en plus du maire d’Oeiras, Rodrigo Gonçalves, membre de la commission politique du PSD, était également recherché pour des délits présumés de corruption, de participation économique dans les affaires et de malversation par des questions liées aux affaires et des projets immobiliers.

Le père de Rodrigo Gonçalves, Daniel Gonçalves, qui est président du conseil paroissial Avenidas Novas (Novos Tempos – coalition dirigée par le PSD), à Lisbonne, est également visé dans le processus.

Selon la chaîne, l’épouse de Rodrigo Gonçalves travaille au service juridique de la Câmara de Odivelas.

Selon CNN Portugal, des schémas de fourniture de services fictifs aux municipalités sont également en jeu, en vue de l’appropriation illicite d’argent public à des fins personnelles et pour le financement de structures PSD par le biais des soi-disant « sacs bleus ».

Articles récents