L'autobiographie controversée de Woody Allen, «On purpose», qui a été initialement rejetée par les éditeurs nord-américains en raison des accusations d'agression sexuelle contre l'auteur, arrive dans les librairies portugaises le 23 juillet, publiée aux éditions 70, du groupe Almedina.

Une autre nouveauté arrivée ce mois-ci dans les librairies est «Mary Ventura et le neuvième royaume», par Sylvia Plath, une nouvelle écrite en 1952 – lorsque l'auteur avait 20 ans et juste avant sa première tentative de suicide -, qui est restée sans précédent pour plus 60 ans, jusqu'à sa première publication en 2019, et qui n'arrive qu'au Portugal, par Relógio d'Água.

Cette histoire, définie par l'auteur elle-même comme «une fable symbolique et obscure», qui semble refléter ce que l'auteur a vécu en cette année tumultueuse, a été rejetée au moment où elle a été écrite, par un magazine dans lequel Sylvia Plath a tenté de la publier.

Depuis lors, il est resté inconnu du public, jusqu'à l'année dernière, lorsqu'il a été publié pour la première fois aux États-Unis. Maintenant, il arrive au Portugal à travers Relógio d'Água, qui a déjà dans son catalogue le roman "A Campanula de Vidro", le livre de nouvelles "Zé Susto et la Bible des rêves", et les livres de poésie "Ariel" et "Três femmes".

Le même éditeur publiera également «Primeiros Contos e Outros Contos», d'Agustina Bessa-Luís, «Os Teos Passos na Escada», d'Antonio Muñoz Molina, «A Ladra de Fruta», de Peter Handke ou «Como a Água Que Corre », de Marguerite Yourcenar, entre autres titres.

Toujours dans le domaine des nouveautés, ce mois-ci vient "Flecha", le nouveau livre et premier roman de l'écrivaine portugaise Matilde Campilho, qui s'était auparavant affirmée comme auteur de poésie avec son premier livre, "Jóquei", tous deux édités par Tinta- de Chine.

Le même éditeur publiera également dans un livre la compilation des rapports que Catarina Gomes a faits pour le journal Público, qui sauve la vie des patients de l'hôpital psychiatrique Miguel Bombarda de l'oubli, à travers les objets personnels qui y ont été laissés. Le titre du livre est «Coisas de Loucos» et comprend des photographies des rapports, par Paulo Porfírio.

Le groupe Bertrand Circulo a plusieurs publications prévues pour ce mois-ci, dont le nouveau roman de José Eduardo Agualusa, "Os viva ea os os", un livre d'histoires de Bruno Vieira Amaral, intitulé "Uma ida ao Motel", tous deux de Quetzal, «Escritura», de Stephen King, et «A Menina com o Olhos Ocupados», le premier livre pour enfants écrit et illustré par André Carrilho, tous deux de Bertrand Editora.

«La maison allemande», par Annette Hess, «Les gardiens», par John Grisham, et «Le tristement célèbre dictionnaire de la langue portugaise», par Eduardo Madeira, sont d'autres faits saillants de Bertrand.

Porto Editora lance «No Bicentenary of the Liberal Revolution», de Vital Moreira et José Domingues, et Livros do Brasil publie «O Crime do Dragão», de SS Van Dine, dans la collection Vampiro, en plus de «O Crime do Padre Amaro» et «A Relíquia», par Eça de Queiroz.

Le même groupe de rédaction comprendra «Des vies reportées», le nouveau thriller psychologique de Dorothy Koomson et «La mort et d'autres fins heureuses», un livre qui décrit les quatre-vingt-dix jours où une femme en phase terminale a dû dire au revoir à la vie, mais écrit avec beaucoup d'humour.

Par Presença, le plus récent roman d'Elif Shafak, «10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange», arrive au Portugal, qui se penche sur le monde des victimes de violences sexuelles, et qui a été finaliste, l'an dernier, du Booker Prize.

Dans ce roman, le lecteur plonge dans l'esprit d'une travailleuse du sexe, qui meurt dans une poubelle à l'extérieur d'Istanbul.

Dans le groupe Penguin Random House, le clou revient à «Olive Kitteridge», un roman d'Elisabeth Strout, lauréat du prix Pulitzer – et déjà adapté à une série télévisée primée aux Emmy Awards -, à éditer par Alfaguara, et à la biographie du chanteur Billie Eilish, à paraître aux éditions Ink Cloud.

Cavalo de Ferro publie «Outright and Other Times», un nouveau livre du Prix Nobel de littérature Olga Tokarczuk, roman historique, philosophique et mythologique, qui fut son premier succès.

Elseneur quitte «Qui a tué mon père», d'Édouard Louis, écrivain qui rapporte le retour dans sa ville natale et la maison de son père, dans l'une des régions les plus pauvres de France, lors d'un voyage dans un passé hanté par la présence d'un père qui était l'expression de la virilité entretenue par la violence et par la honte d'un fils différent, efféminé et intelligent.

D. Quichotte publiera «As Sílabas de Amália», de Manuel Alegre, un hommage à Amália Rodrigues, le centenaire de sa naissance (23 juillet), qui comprend les poèmes de l'auteur que la chanteuse a chantés, deux œuvres inédites dédiées à Amália , deux textes en prose et plusieurs autres poèmes sur le fado, dont la plupart n'ont jamais été publiés auparavant.

«As Sílabas de Amália», «témoignage de la relation d'amitié et d'amitié de Manuel Alegre avec Amália Rodrigues et Alain Oulman», le compositeur qui a marqué la carrière d'Amália dans les années 1960, et un album comme «Com que voix », sera publié dans un livre et un livre audio, lu par l'auteur lui-même.

Le même éditeur publie également «Return to a Country Scenery», poésie de Nuno Júdice, un livre qui a commencé à être écrit au cours des derniers mois de 2019 et s'est terminé par la transition de l'épidémie à la pandémie, déjà en 2020.

Planeta lancera "My Dear Rose Gold", le premier livre de Stephanie Wrobel, dont les droits sont déjà vendus dans 25 pays, sur une relation dysfonctionnelle et malsaine entre une mère et une fille.

Ce mois-ci, Gradiva a publié «Em que bele que não crente», un petit livre qui rassemble la correspondance échangée entre Umberto Eco et le cardinal Carlo Maria Martini, à travers les pages du journal italien Liberal, entre mars 1995 et mars 1996, en qui a discuté, avec une tolérance et une liberté dialectique exemplaires, des valeurs fondamentales de l'homme contemporain, de la perspective apocalyptique, des traditions religieuses et du bon sens, en plus des restrictions imposées aux femmes.

L'éditeur Guerra & Paz publiera l'essai «This Virus That Freaks Us Out», de l'écrivain français Bernard-Henri Lévy, et une nouvelle édition de «António Sermon to the Fishes», du père António Vieira, associant ainsi «à débat pluriel et nécessité de préserver le patrimoine historique et littéraire "du père António Vieira, prédicateur jésuite persécuté par l'Inquisition et que les colons voulaient provenir du Brésil", pour défendre la rigueur historique et le patrimoine universel "qu'il représente.

AL // MAG

Le contenu inédit de Sylvia Plath et la biographie de Woody Allen dans les nouvelles littéraires de juillet apparaissent d'abord dans Vision.