1-1-e1669908198824-png

Incendies : MP a ouvert plus de 3 000 enquêtes au premier semestre 2022

Le ministère public (MP) a ouvert plus de 3.000 enquêtes liées au crime de feu de forêt, commis intentionnellement ou par négligence, au cours des six premiers mois de 2022, révèle le parquet général (PGR).

Dans une clarification envoyée à Lusa, le PGR indique que les données préliminaires déjà recueillies indiquent l’établissement d’environ 3 300 enquêtes et que « le nombre d’accusations sera de l’ordre de six/sept douzaines » jusqu’à présent.

Cependant, le PGR souligne que cette statistique n’est pas encore consolidée et exclut les mois de juillet et d’août, au cours desquels le nombre d’incendies dans le pays a considérablement augmenté, une situation qui pourrait se refléter dans d’autres enquêtes du MP dans la seconde moitié de cette année.

Le registre des affaires initiées est, pour l’instant, dans la lignée des années précédentes. Selon les données fournies, en 2021, 7 025 enquêtes ont été ouvertes pour le crime d’incendie de forêt – qu’il soit commis intentionnellement ou par négligence – et des accusations ont été portées dans 169 enquêtes.

En 2020, le PGR a ouvert 6 967 enquêtes sur ce crime et a présenté des actes d’accusation dans 257 enquêtes. Quant à 2019, les données MP ont montré 6 980 demandes de renseignements et 157 accusations.

Entre-temps, le PGR a établi un protocole de collaboration avec le Centre d’études sur les incendies de forêt (CEIF), coordonné par Xavier Viegas, professeur à la Faculté des sciences et de la technologie de l’Université de Coimbra (FCTUC) et qui a dirigé les études demandées par le gouvernement. sur le grand feu d’artifice de 2017.

Signé le 29 juillet, le protocole couvre les domaines techniques, scientifiques, d’expertise et de formation. Selon le document publié sur le site du PGR, un accompagnement a été défini pour les magistrats de la MP et « l’utilisation des moyens humains, locaux et matériels », en plus de l’organisation d’actions de formation et du suivi des enquêtes dans le cadre des feux de forêts.

« Les incendies de forêt sont des processus complexes », a déclaré Xavier Viegas, ajoutant : « Il est de l’intérêt de tous que justice soit rendue, notamment sur la question des incendies où des injustices peuvent parfois se produire. Dans une enquête sur des processus physiques, tels que des incendies, il doit y avoir l’intervention d’experts. Avec les années d’enquête que nous avons passées, nous pouvons aider le PGR à disposer d’éléments plus étayés pour des conclusions pouvant servir la justice ».

Le spécialiste des incendies de forêt souligne à Lusa la « collaboration de plusieurs années » avec différentes entités judiciaires et le travail effectué au niveau national et international, soulignant l’importance du protocole avec le PGR pour « fournir la capacité et l’expérience d’enquête » du CEIF , dans une collaboration qui se développera « au cas par cas ».

Reconnaissant la compétence de l’agence « en matière de risques liés aux incendies de forêt, notamment leurs causes, conditions de propagation, évaluation des dommages et questions de sécurité des personnes », le PGR a relevé que l’activité du CEIF « présente un intérêt manifeste pour les attributions » du MP. Le protocole entre les deux entités sera en vigueur « indéfiniment ».

Selon les données provisoires recueillies par l’Institut pour la conservation de la nature et des forêts (ICNF) jusqu’à ce mardi, la superficie brûlée dans les zones rurales du Portugal en 2022 s’élève à 103 332 hectares, en raison d’un total de 9 100 incendies. Les données de cette année représentent le cinquième plus grand nombre d’incendies et le troisième plus haut record de superficie brûlée depuis 2012, seulement dépassé par la superficie totale brûlée en 2016 (118 814) et 2017 (201 876).

JEU // ZO

Articles récents