Le dispositif de lutte contre les incendies ruraux comptera cette année «avec le plus grand nombre jamais» d’agents impliqués, avec 12 058 éléments attendus pour les mois les plus critiques, a annoncé aujourd’hui le ministère de l’Intérieur.

Le dispositif de lutte contre l’incendie rural (DECIR) 2021 a été approuvé à l’unanimité cet après-midi lors de la réunion de la Commission nationale de protection civile, qui s’est déroulée par visioconférence.

Dans un communiqué, le ministère sous la tutelle d’Eduardo Cabrita déclare que DECIR 2021 aura «le plus grand nombre de moyens jamais mis en jeu, dans toutes les phases d’engagement».

Selon le ministère de l’Administration interne (MAI), le dispositif terrestre comptera 12 058 éléments, 2 795 équipes et 2 656 véhicules pendant la période de plus grand engagement, entre le 1er juillet et le 30 septembre, appelée niveau IV.

En 2020, le nombre de personnels opérationnels impliqués dans la lutte contre les incendies entre juillet et septembre s’élevait à 11825, soit cette année une augmentation d’environ 2%.

L’AMI indique également que dans les mois les plus critiques des incendies ruraux, ils seront impliqués dans la composante de combat efficace et d’attaque initiale des pompiers (5777), de la Force spéciale de protection civile de l’Autorité nationale des urgences et de la protection civile – ANEPC ( 240), l’Unité de protection d’urgence et de secours GNR (1 144) et les Brigades de sapeurs forestiers de l’Institut pour la conservation de la nature et des forêts – ICNF (232), pour un total de 7 393 éléments.

Dans la composante initiale de surveillance et d’attaque, DECIR comprend un total de 4665 éléments répartis entre le service de protection de la nature et de l’environnement de GNR (1952), la police de sécurité publique (338), les sapeurs forestiers (1807), les agents forestiers nationaux du corps (203 ), Nature Watchers (89) et les équipes de gestion des incendies en milieu rural (36) de l’ICNF, Afocelca (240).

L’AMI mentionne également que 190 membres des forces armées apporteront également un soutien dans ces deux composantes, en tant qu’agents de la protection civile.

Selon MAI, des techniciens de l’ICNF, de l’ANEPC, des bureaux techniques forestiers, des experts et de l’échange d’experts de l’Agence pour la gestion intégrée des incendies en milieu rural, les équipes d’analyse et d’utilisation des incendies et le noyau d’appui à la décision opérationnelle de la Force spéciale de protection civile assurent un soutien spécialisé pour le processus décisionnel, dans la pré-suppression et la suppression des incendies ruraux.

En ce qui concerne le dispositif aérien, le DECIR 2021 disposera de 14 moyens aériens en permanence, qui passera à 37 appareils entre le 15 mai et le 31 mai, comptant à capacité maximale, entre le 1er juin et le 15 octobre, avec 60 moyens.

Quarante et un moyens aériens seront disponibles entre le 16 et le 31 octobre.

Le premier renforcement des moyens dans le cadre de DECIR a lieu le 15 mai, dans une année marquée par un grand nombre d’incendies dans les premiers mois de 2021.

Les données de l’ICNF indiquent que 2 030 incendies ruraux ont jusqu’à présent déclenché 7 995 hectares de surface brûlée, dont 82% en brousse.

En comparant ces chiffres avec les données d’avril 2020, les incendies ont plus que triplé cette année et la superficie brûlée est environ neuf fois plus élevée.

Lors de la réunion de la Commission nationale de la protection civile, présidée par le ministre de l’Administration interne, la directive intégrée de détection et de surveillance des incendies en milieu rural (DIVDIR) a également été approuvée pour la première fois.

Selon MAI, cette directive vise à établir des mécanismes de coordination entre les entités du système de gestion intégrée des incendies ruraux et les autres institutions impliquées dans les opérations de surveillance et de détection des incendies ruraux, «afin de garantir l’optimisation de l’utilisation opérationnelle de la surveillance systèmes mobiles, surveillance vidéo forestière, surveillance aérienne et réseau national des tours de guet ».

Le dispositif intégré d’intervention en cas d’accident d’aéronef a également été approuvé, qui vise à contribuer au renforcement des processus d’interaction entre le Centre de coordination de recherche et de sauvetage de Lisbonne et la structure auxiliaire de recherche et de sauvetage, ainsi qu’à systématiser les procédures à développer par les forces. et les services ayant des responsabilités dans le domaine de la protection et de l’assistance, en réponse aux accidents résultant de l’écrasement d’un aéronef.

CMP // HB

Le contenu Fires: Combat device cette année a «le plus grand nombre d’agents jamais» apparaît en premier dans Vision.