Ce nouvel instrument est la directive sur la détection et la surveillance intégrées des incendies en milieu rural (DIVDIR) et a été approuvé pour la première fois cette année.

Patrícia Gaspar a déclaré que, dans le cadre de la lutte contre les incendies, il n’existait qu’une seule directive définissant les procédures opérationnelles relatives aux opérations de lutte contre les incendies en milieu rural.

Cependant, il a soutenu qu ‘ »il y a beaucoup de travail qui est fait en amont de cette composante de la réponse et qui a à voir avec les fonctions de surveillance, mais aussi de détection d’incendie ».

«Il ne peut y avoir de bon combat sans une bonne surveillance et une bonne détection. Il s’agit de structurer ces processus et cette directive entre en quelque sorte en amont du DECIR [Dispositivo Especial de Combate a Incêndios Rurais] », Il a dit.

Selon le secrétaire d’État, la nouvelle directive vise à définir tous les mécanismes qui structurent la composante de surveillance et de détection d’incendie.

«Il ne s’agit pas de créer de nouveaux mécanismes, il ne s’agit pas de créer une nouvelle doctrine, il s’agit de structurer et d’organiser des processus et des fonctions qui existaient déjà et qui sont exécutés par des entités différentes», a-t-il expliqué.

La directive sur la détection et la surveillance intégrées des incendies en milieu rural sera placée sous la tutelle de la Garde nationale républicaine, qui coordonnera de manière «plus structurée» toutes les entités impliquées dans les opérations de surveillance et de détection des incendies en milieu rural, telles que la PSP, les Forces armées et l’Institut. pour la conservation de la nature et des forêts (ICNF).

Patrícia Gaspar a expliqué que dans le cadre de la détection et de la surveillance des incendies ruraux, il y a les systèmes de surveillance mobile, de vidéosurveillance forestière, de surveillance aérienne et le réseau national de stations de surveillance, ainsi que le rôle que tous les citoyens jouent.

«Nous tous, dans les zones rurales, si nous voyons un incendie venir, nous avons l’obligation d’alerter via le 112. Les populaires sont également intégrés ici», a-t-il déclaré, soulignant que la directive «agrégera de manière coordonnée et structurée tous ces fonctions »dans la surveillance et la détection.

Cette nouvelle directive vise à améliorer la coordination entre toutes les entités impliquées afin qu’il y ait une «détection précoce» des incendies ruraux.

La directive intégrée de détection et de surveillance des incendies en milieu rural et le dispositif spécial de lutte contre les incendies en milieu rural (DECIR) 2021 ont été approuvés mercredi lors de la réunion de la Commission nationale de la protection civile.

Le DECIR de cette année est composé de 12 058 éléments, 2 795 équipes, 2 656 véhicules et 60 véhicules aériens pendant la période de plus grand engagement, du 1er juillet au 30 septembre, appelée niveau IV.

Selon le ministère de l’Intérieur, le dispositif de lutte contre les incendies ruraux aura cette année «avec le plus grand nombre jamais» de personnel opérationnel impliqué.

Patrícia Gaspar a également déclaré à Lusa que la directive financière, un document annuel qui réglemente la contribution de l’État aux dépenses résultant des interventions des pompiers, notamment dans la lutte contre les incendies, devrait être approuvée la semaine prochaine, mais n’a pas fourni de détails sur les valeurs.

CMP // HB