1-1-e1669908198824-png
40032811_wm-6654312-6210621-jpg

Incendies : la RP défend la formule pour concilier soutien et cas limites

« Il faut trouver une formule pour concilier ce qui a été défini à l’époque avec la situation concrète de certains cas limites, qui sont ceux-ci », a déclaré Marcelo Rebelo de Sousa, à Abiul, municipalité de Pombal (Leiria), où il a appris aujourd’hui les dommages résultant de les incendies qui ont frappé cette paroisse.

En juillet, la paroisse d’Abiul a été touchée par des incendies sur 20% de son territoire, mais la municipalité à laquelle elle appartient a été touchée dans une zone de moins de 10%, elle a donc été laissée sans soutien de l’État, selon le Chambre de Pombal.

Le chef de l’État a déclaré qu’Abiul « a été très intensément touché », étant sur la liste des paroisses « les plus touchées, qui ont le plus souffert en termes de forêt, en termes d’agriculture et aussi en termes de certaines maisons », y compris les premières maisons .

Cependant, Marcelo Rebelo de Sousa a souligné que le critère adopté par le gouvernement « servait les municipalités et, par conséquent, il était nécessaire que la zone touchée soit supérieure à 10% de la municipalité ».

« Voyons comment il est possible de trouver une solution ou non. En termes de reboisement, des progrès sont en cours, en termes d’agriculture, pas encore, en termes de logement, pas encore », a-t-il déclaré aux journalistes lors de visites aux personnes touchées par les incendies.

Interrogé sur le fait qu’une personne étant dépendante de sa commune étant dans la misère pour recevoir une aide, le président de la République a répondu que, « probablement, le critère était de s’occuper du grand nombre, des communes et non des paroisses », admettant que c’est « un critère peut-être plus simple ».

« Il y a moins de conseils, plus facile à appliquer, plus rapide, on a pris la décision plus vite. C’est plus compliqué de regarder paroisse par paroisse », a reconnu Marcelo Rebelo de Sousa.

Lors de son parcours dans les zones sinistrées, le chef de l’Etat a entendu un agriculteur qui n’a reçu aucun soutien, tandis qu’un entrepreneur du BTP a énuméré les équipements, matériels et installations détruits, mais aussi la solidarité qui lui a permis de construire l’entreprise.

« Nous avons enlevé 32 tonnes de fer brûlé à nous seuls », a-t-il déclaré, évoquant que le soutien de l’Etat pour relancer l’entreprise « était toujours le bienvenu », afin de continuer à travailler.

La paroisse d’Abiul a 54 kilomètres carrés. En juillet, les incendies ont détruit 1.123 hectares, « correspondant à environ 20% de ce territoire », selon les informations de la Chambre de Pombal.

Le maire de Pombal, Pedro Pimpão, a expliqué que dans la seule zone agroforestière, les pertes dépassent 5,6 millions d’euros.

Le maire a souligné que les incendies avaient eu un «impact brutal» sur la paroisse, mais comme la zone brûlée n’atteignait pas 10% du territoire de la municipalité, la municipalité n’était pas incluse «dans les mesures que le gouvernement a approuvées – et bien – pour le territoires touchés par les incendies ».

« Pour une question de géométrie, la paroisse d’Abiul n’a pas de soutien (…), mais toutes les paroisses qui bordent Abiul, dans les municipalités d’Alvaiázere et d’Ansião, ont du soutien et les gens ne peuvent pas comprendre ce critère », a-t-il observé.

Pedro Pimpão a également estimé que la présence de Marcelo Rebelo de Sousa le jour de Noël est un « renouveau d’espoir » pour « les personnes qui ont été touchées par les incendies », afin qu’elles « aient des mécanismes de soutien pour faire face aux difficultés qu’elles ont ressenties ».

La présidente du Conseil d’Abiul, Sandra Barros, a averti qu’il y a des familles qui ont perdu leur maison et « n’ont toujours pas de réponses », demandant de l’aide pour que la paroisse puisse obtenir des mesures pour soutenir les gens.

En octobre, la Chambre de Pombal (PSD) a estimé qu’il était impératif que le gouvernement [PS] inclure la paroisse d’Abiul dans les mesures de soutien à la suite des dommages causés par les incendies de forêt et a exprimé son «désaccord total avec l’inégalité de traitement».

Marcelo Rebelo de Sousa poursuivra lundi ses visites dans les territoires touchés par les incendies, dans la région de la Serra da Estrela, après Ourém (dans le district de Santarém) et Abiul.

SR // MLS

Articles récents