S'adressant à Lusa, le commandant de district des opérations de détresse à Faro a déclaré que le nombre d'agents sera réduit tout au long de la journée, car, malgré les températures élevées, le vent «n'est plus ressenti aussi intensément que nous. les trois derniers jours ».

Vítor Vaz Pinto, qui a indiqué que l'incendie avait déjà causé une zone brûlée d'environ 2 200 hectares, a appelé la population à ne pas adopter de comportements à risque, compte tenu de la situation météorologique, caractérisée par des températures très élevées cette semaine.

"Je voudrais lancer un appel pour ne pas utiliser les espaces forestiers pour des pique-niques utilisant de petits feux, qui ne brûlent pas, encore moins brûlés, et aussi pour éviter l'utilisation de machines agricoles dont la manipulation peut provoquer des étincelles", a-t-il prévenu.

À 11 heures, 378 membres du personnel opérationnel étaient sur le terrain, appuyés par 123 véhicules, deux hélicoptères – un de coordination et un d'attaque – et huit machines de repérage.

Une surveillance active, qui devrait se poursuivre au cours des prochains jours, est menée "avec des sapeurs forestiers, des pompiers et du personnel militaire des Forces armées", avec deux pelotons de cette force déjà sur le terrain et deux autres en cours de route, a souligné Vítor Vaz Pinto.

Malgré la quantification de la superficie brûlée sur plus de 2 200 hectares, le responsable a souligné que c'est le GNR qui fait cette enquête et que, pour le moment, la principale préoccupation est de s'assurer qu'il n'y a pas de réactivation.

L'incendie de forêt a commencé vendredi en début d'après-midi à Vilarinha, paroisse de Bordeira, municipalité d'Aljezur, s'est propagé à Lagos et à Vila do Bispo, et a été signalé comme dominé à 09h10 samedi et éteint à 19 h 58 le dimanche.

Samedi, le GNR a identifié un homme de 44 ans pour avoir allumé l'incendie alors qu'il faisait des actes agricoles, et c'est lui qui a alerté les autorités.

L'homme effectuait des travaux de gestion du carburant, à l'aide d'une débroussailleuse, qui surchauffait après trois heures d'utilisation, provoquant des étincelles à l'échappement et, par conséquent, l'incendie.

Selon le GNR, bien qu'il ait tout de même tenté d'éteindre l'incendie à l'aide d'un tuyau, il n'y est pas parvenu, compte tenu de la forte pente du terrain et des conditions météorologiques qui l'ont conduit à se propager.

L'incendie a contraint 35 personnes à se déplacer et à frapper des hangars et des caravanes illégaux, mais personne n'a demandé aux autorités de l'aide pour trouver un endroit où passer la nuit, malgré le fait que le conseil municipal de Vila do Bispo a préparé des sites à cet effet.

MAD // ROC