« Puisqu’il s’agit naturellement d’un droit, qui est le droit de manifester, je crois que, comme nous le comprenons tous, il y a des moments et des moments pour l’exercice de ce droit inscrit dans la Constitution et que nous respectons grandement », a déclaré le ministre José Luís Carneiro, lors d’une conférence de presse au siège de l’Autorité nationale d’urgence et de protection civile (ANEPC), dans laquelle il a annoncé la prolongation de l’état d’urgence jusqu’à dimanche en raison du risque d’incendies de forêt.

Interrogé sur la grève nationale des rangers du SEPNA/GNR, prévue vendredi, le ministre a démenti ne pas avoir reçu les représentants syndicaux de ces travailleurs, précisant avoir rencontré la Fédération nationale des syndicats des travailleurs des fonctions publiques et sociales, les représenter, après avoir pris connaissance des « questions qui les concernent le plus », telles que le statut professionnel et la grille des salaires.

« Comme c’est mon devoir, je suis toujours disponible pour recevoir ce syndicat et d’autres, mais il est clair qu’il y a des moments où notre objectif et notre priorité sont vraiment de pouvoir faire face à la complexité des défis auxquels le pays est confronté », a-t-il déclaré. a déclaré, mentionnant également qu’un appel d’offres est en cours pour augmenter de 20% le nombre de ce service de gardes forestiers.

« Dès que cette situation d’urgence sera surmontée, nous avons tout intérêt à reprendre ce dialogue avec ce syndicat et d’autres pour chercher à trouver les meilleures solutions », a déclaré José Luís Carneiro.

Vendredi, les rangers de la Garde nationale républicaine ont organisé une grève et une concentration avec le ministère de l’Administration intérieure (MAI), au moment où le pays se trouve dans une situation de contingence en raison du risque élevé d’incendie.

La grève et la concentration, qui est prévue pour 12h00, est appelée par la Fédération Nationale des Syndicats des Travailleurs des Fonctions Publiques et Sociales (FNSTFPS) et vise à exiger du Gouvernement l’ouverture d’un processus de négociation sur les principales revendications du classer.

Actuellement, la GNR compte environ 500 gardes forestiers en service, dont la mission est d’inspecter et d’enquêter sur les activités illégales dans les domaines de la foresterie, de la chasse et de la pêche.

Les 500 gardes font partie du Dispositif Spécial de Lutte contre l’Incendie Rural (DECIR).

Le Portugal continental est dans une situation d’urgence depuis lundi en raison des conditions météorologiques, avec des températures élevées, qui augmentent le risque d’incendie.

La situation d’urgence correspond au deuxième niveau d’intervention prévu par la Loi fondamentale sur la protection civile et peut être déclarée « lorsque, compte tenu de la survenance ou de l’imminence d’un accident grave ou d’une catastrophe, la nécessité d’adopter des mesures préventives et/ou spéciales des mesures réactives de réaction est reconnue » mobilisée au niveau communal ».

IMA/CMP // HB