De l’antiféminisme à l’avortement, la nouvelle députée de l’Assemblée de la République, Rita Matias, continue d’être critiquée pour ses propos, désormais plus récemment en raison de son opinion sur l’avortement et, encore une fois, sur l’antiféminisme.

Dans une interview avec Diário de Notícias, la seule députée de Chega, qui se prend pour une conservatrice de droite et une catholique pratiquante, interrogée sur la définition de l’antiféminisme, a déclaré qu’il s’agissait de reconnaître que le féminisme « est un mouvement qui a donné certaines réalisations sociales aux femmes. » , mais aussi « de reconnaître que la société évoluait dans ce sens et, par conséquent, ces réalisations ne sont pas exclusivement de ces mouvements », notant qu’elles ne se voient pas dans cette catégorie.

« Le plus grand antagonisme est d’être un mouvement de nature marxiste, un mouvement qui sépare la société entre « nous » et « les autres ». C’est un mouvement qui met souvent les femmes et les hommes en opposition », analyse-t-il. La députée garantit que « ce n’est pas pour dire qu’on ne s’identifie pas au mouvement qui fait de nous des anti-femmes » comme on lui dit « de nombreuses fois ». « Il y a des droits que les hommes ont dont je ne veux pas. Et il y a encore des étapes à franchir pour que les femmes aient plus de reconnaissance dans la société ». Pourtant, une jeune femme souligne sa position selon laquelle « la place d’une femme est là où elle veut ».

Dans une autre interview, Rita Matias a déclaré à l’Observer qu’elle était contre l’avortement en toutes circonstances. Interrogée sur le cas d’une enfant de dix ans, violée, qui a fini par tomber enceinte, la jeune femme a répondu : « Personnellement, vous savez que je suis pour la vie et que je regrette qu’un nouvel enfant ait été empêché d’être née ». « Je suis immensément désolé et je trouve absolument regrettable et répréhensible qu’un enfant se retrouve dans cette situation et cela me ramène à une sphère de travail que nous devons avoir pour la promotion de la dignité humaine », ajoute-t-il.

En réponse, Inês Sousa Real, porte-parole du PAN, a écrit sur Twitter : « Rita Matias du CH défend qu’un enfant violé ne devrait pas se faire avorter. Le viol a des conséquences physiques et émotionnelles dévastatrices, compromettant le droit à l’enfance et à l’intégrité sexuelle. Forcer un enfant à avoir un enfant est aussi une violation de ses droits.

« Celui qui écoute chez lui pensera que mon objectif est de criminaliser. Non, cette femme depuis le début est déjà condamnée par la société qui ne lui a pas donné d’alternatives, n’était pas à ses côtés », dit-il également, dans la même interview, ajoutant que « je commencerais par criminaliser le médecin qui est prêt à prendre une vie, parce que c’est contraire à la déontologie des médecins ».