Selon le projet de loi qui a été soumis au parlement aujourd’hui, les libéraux ont l’intention de modifier le décret-loi qui réglemente le statut des étudiants internationaux, garantissant ainsi que les établissements d’enseignement supérieur privés ne soient pas « soumis aux limitations en vigueur sur le nombre d’étudiants étrangers ». .. ils peuvent recevoir ».

Selon le projet de loi, cette limitation des places ne devrait s’appliquer qu’aux établissements publics d’enseignement supérieur.

« Le précédent ministre de la Science, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur, le 30 juin 2021, a fixé pour les années académiques 2021-2022 et 2022-2023, un plafond de places pour les étudiants internationaux correspondant à 30 % pour chaque établissement d’enseignement supérieur. et privé », fait référence à l’initiative législative IL.

Selon les libéraux, « les établissements privés suivent leur propre projet éducatif, ils sont financés directement par leurs étudiants, usagers et usufruitiers, jouissant ainsi d’une autonomie financière, administrative et pédagogique qui ne doit pas être restreinte par le Gouvernement ».

« Cette limitation imposée aux établissements d’enseignement supérieur privés est une entrave au libre recrutement des étudiants internationaux, au principe d’autonomie et de gestion des ressources, un obstacle à la qualité et à la compétitivité de l’enseignement supérieur portugais, ainsi qu’un obstacle à la liberté de établissements d’enseignement supérieur privé », critique-t-il.

Pour le parti dirigé par João Cotrim Figueiredo, il ne faut pas négliger le potentiel en termes de capital humain qui, à travers l’expérience académique, peut rester ou être un vecteur pour une relation future avec le pays.

Toujours sur l’enseignement supérieur, IL a soumis aujourd’hui deux projets de résolutions au parlement, c’est-à-dire des recommandations sans force de loi.

Dans l’un des projets, il est recommandé que le gouvernement « évalue de toute urgence, par le biais d’un processus participatif, le régime juridique des établissements d’enseignement supérieur, afin de garantir le bon fonctionnement des établissements d’enseignement supérieur ».

L’étude et l’approbation d’une nouvelle formule de financement de l’enseignement supérieur qui « contienne des critères clairs et objectifs de qualité et d’efficacité des établissements d’enseignement supérieur et qui assure le plein respect de la loi fondamentale sur le financement de l’enseignement supérieur » est une autre des recommandations à l’exécutif du PS. que les libéraux veulent voir approuvés au parlement.

JF // SF